Expérimentation 2023

Campagne du mois d’avril
Sur les deux sites (Perpignan-Ruscino et Alénya) les huit fosses ensilées en septembre 2022 ont été entièrement vidés. L’objectif était de récupérer les grains (engrain et orge) avant la saison chaude, propice à la prolifération des charançons in situ.
A Perpignan-Ruscino, deux nouveaux silos ont été creusés afin d’obtenir un nombre suffisant de silo et de fosse abandonnée pour permettre les comparaisons avec le site d’Alénya.

Printemps – été
Analyse de la qualité des grains en laboratoire, tests de meunerie, de boulangerie et de brasserie issus d’échantillons d’engrain et d’orge) conservés 7 mois ou 2 ans.

Campagne du mois de juillet
Stockage de trois variétés de céréales (engrain, orge et froment) sur chaque site. Le protocole de protection interne se compose d’un paillage épais du fond et de la surface du stock, et pout deux silos seulement : un enduit de terre-paille appliqué contre les parois.
Les silos seront équipés de mesureurs d’humidité, de température et de gaz et bouché avec un mélange terre-paille.
L’état de conservation de ces stocks seront contrôlés en avril 2024.

Expérimentations 2020-2022

2020

Observation de l’état de dégradation des silos abandonnés : un laissé vide, sans intervention et l’autre en cours de remplissage avec les déchets du site.

Déstockage de la production d’engrain en 2019 (sous la forme d’épillet) dans cinq silos. Quatre pour lesquels le grain était protégé par un paillage des parois et du fond, et le cinquième pourvu d’un enduit de paroi réalisé en mélange terre-paille. La quantité totale enfouie un an auparavant est d’un tonne deux. Les conditions particulières de stockage jamais rencontrées jusqu’alors ont conduit à la fermentation de l’intégralité des stocks. Ce résultat est en cours d’analyse.

Le stockage de la production d’engrain de 2020 a été abandonné afin de de prendre le temps de comprendre le processus de fermentation. Tous les silos sont alors réservés par la mise en place d’un remblai de terre après grattage des parois.

Durant l’hiver : tests de meunerie et de boulangerie réalisés à partir de grains fermentés.

2021

Juillet : Obtention de la subvention par l’Agence Nationale de la Recherche et création du projet de recherche SilArcheoBio (ANR-21-CE27-001-02)

Renouvellement du PCR “Expérimentation archéologique d’ensilage préindustriel en Roussillon”.

Observation de l’état de dégradation du silo abandonné, apport de déchets et de remblais.

Déblais de quatre silos réservés.

Stockage dans ces silos selon le protocole de protection habituel (paillage et bouchon en mélange terre paille) avec deux céréales différentes : engrain sous la forme d’épillet et un « mélange de blé ancien » (froment).

Sur le site de Perpignan, creusement de la fosse destinée à la conservation en vase enfoui (protocole reporté à 2022). La fosse est réservée par la mise en place d’un remblai de sable.

2022

Expérimentation sur le terrain au printemps :

  • Creusement de quatre nouvelles fosses à Alénya et de quatre autres sur le site de Perpignan selon le gabarit classique : goulot cylindrique, chambre de stockage galbée, fosse d’une capacité totale de 800 à 1000 L.
  • Relevé par photogrammétrie de ces silos
  • Vidange de la moitié du stock d’un silo d’Alénya pour observer le grain à N+8 mois et avant la période estivale.

Expérimentation sur le terrain en automne :

  • Sur les deux sites : stockage d’engrain produit en 2022 sous la forme d’épillet (au total quatre silos avec paillage des parois et quatre autres avec le grain directement au contact avec l’encaissant).
  • A Alénya seulement : enfouissement d’orge dans deux silos (l’un avec paillage des parois, et l’autre sans). Le but étant de comparer la conservation dans deux terrains différents, et l’impact du paillage sur la qualité du stockage sur un cycle d’un an.
  • A Perpignan seulement, conservation en jarre enfouie, fermée par une dalle de schiste couverte d’un dôme de mélange terre-paille.

Principaux résultats de la campagne 2019

Le site en 2019

Le site expérimental d’ensilage à Alénya (66) comprend désormais 7 silos, 6 sont en activité, un à l’état l’abandon :

– 4 silos remplis d’engrain vêtu de la production 2019 (SI02.16, SI04.16 et SI07.19 et SI03.16) ;

– 1 silo rempli avec la production de 2018 (SI051.17) ;

– 1 silo avec un « comblement d’attente » (SI06.18) ;

– 1 silo à l’abandon (SI01.16).

Les 6 silos en activité représente une capacité de stockage totale de 4275 litres, soit 1235 kg d’engrain vêtu conservés dans 5 silos différents.

La campagne d’expérimentation de 2019 a été une nouvelle fois riche d’enseignements.

La semaine de terrain de juin a montré notre capacité à creuser rapidement sur trois journées de travail deux nouveaux silos d’une capacité de stockage aux alentours de 800 litres, les silos SI 06.18 et SI 07.19. La marche à suivre est maintenant bien intégrée pour atteindre le gabarit cible du silo (voir galerie 2019).

Ont été effectuées cette année, les premiers échantillonnages du blé ensilés pour des analyses sanitaires au laboratoire MycSA (Inrae Bordeaux) et des analyses carpologiques (CNRS Montpellier), ainsi que les premiers tests de germination en laboratoire et en plein champs de la production ensilée durant un an (champs dans le Lot et Garonne et dans les Pyrénées Orientales).

Résultats et enseignement …

Les travaux de terrain et les premiers résultats du désilage en 2019, semblent montrer que la direction prise en 2018 apportent une amélioration globale quant à notre capacité à conserver des stocks de blé une année dans le sous-sol.

sur les structures elle-même :

Hormis le silo SI01.16 abandonné depuis 2017 et lentement en cours de dégradation, l’ensemble des silos montrent un bon état de conservation général. Après déstockage, les silos SI02.16 et SI04.16 conservent un galbe similaire à celui qui était le leurs lors du stockage précédent en 2018. Les « silos réservés » pour un stockage futur et maintenus par de la terre de déblais (SI.03.16 et SI07.19), sont de même impeccablement conservés. Les seuls travaux d’entretien effectués se situent sur les parties supérieures des goulots misent à mal lors des actions de débouchage des silos avec des pioches et des barres à mine. Ce phénomène est la conséquence de la difficulté parfois à lire dans le sol la transition entre l’encaissant et le torchis de bouchage. Les ragréages par du torchis compensent les absences de sédiments et permettent de refaçonner le profil du goulot dans son état initial.

Ces quatre premières années d’expérimentation montrent qu’avec un soin d’utilisation adapté et de l’entretien, les silos sont indéniablement à considérer comme des structures pérennes dans le temps.

sur les systèmes de fermeture :

Cette année encore les systèmes de protection des stocks de blé en torchis (dômes et bouchage des goulots) choisis dans le cadre de cette expérimentation, ont montré leurs efficacités. Les capteurs d’humidité n’ont pas enregistré d’infiltration d’eau en provenance de la surface car l’eau des précipitations est détournée par les dômes en torchis à la périphérie de l’embouchure. La présence de couvercle en bois posé sur l’engrain à la transition entre la chambre de stockage et le départ du conduit ajoute une protection supplémentaire contre le développement des moisissures souvent présentes sur les stocks à cet endroit. Les recettes de torchis utilisées, suffisamment compact et dense semblent jusqu’à présent faire obstacle à la pénétration des rongeurs au cœur des stocks.

sur l’état des stocks :

Le stock du silo SI02.16 provient de la récolte 2017, mise en silo la même année. Nous observons donc pour la première fois l’engrain conservé deux années. Ce stock protégé essentiellement dans sa partie inférieure (paillage du fond) et en surface (tissu sur le sommet du stock, bouchon en torchis, dôme de surface) a globalement mal supporté dès le départ le stockage. Comme le note Francis Fleurat-Lessard dans son compte rendu « le dépassement du seuil d’HR « de sauvegarde » de l’intégrité des grains – qui est fixé habituellement à 80% d’HR – est franchi dès début octobre 2017, et l’HR au fond du silo atteint déjà 95% début novembre 2017 à cause des fortes précipitations enregistrées dans la région d’Alénya en septembre-octobre 2017 ». Indéniablement la protection interne du stock n’est pas suffisante et le grain mis en contact avec les parois va très rapidement absorber l’humidité du sous-sol. Le grain situé au sommet du stock protégé essentiellement par un tissu et par le bouchon en torchis est victime d’une infiltration très tôt après le rebouchage. Les mesures enregistrées pendant les deux années de stockage montrent que le stock continu de se dégrader particulièrement lors de la canicule de l’été 2018 où « L’augmentation de la température jusqu’au fond du silo, conjuguée à l’HR toujours supérieure à 90%, a fait « redémarrer » la croissance des moisissures de stockage ». Au déstockage nous constatons une forte odeur de moisi et de renfermé, les grains sous le bouchon et contre les parois ne comportent plus que les enveloppes cellulosiques, il parait quasi certain dès ces premières observations que le grain est atteint par des teneurs importantes en mycotoxines de moisissures de stockage. Dans tous les cas, l’engrain après deux années de conservation dans une ambiance d’humidité relative importante, entretenue par les pluies d’automne et de printemps et par la canicule estivale de 2018 « n’a plus de valeur alimentaire, au contraire il est devenu toxique ».

A l’ouverture des silos SI04.16 et SI05.17, l’état de conservation des stocks sur une année s’avère nettement meilleur que celle du silo SI02.16.

Dans le silo SI04.16, la présence du revêtement de paille sur l’ensemble de la structure semble avoir joué un rôle de ralentisseur important à la pénétration de l’humidité, sans toutefois l’empêcher. D’après l’analyse des mesures de température et d’hygrométrie, seules les couches de grains en contact avec les parois et celles situées sous le bouchon ont « dépassé le seuil limite favorable à la prolifération des moisissures (16%) à peu près partout dans la masse des grains, excepté dans deux positions au cœur de la fosse : tout au centre et à 30 cm du bord au niveau médian » (cf. Analyse de Francis Fleurat-Lessard). Lors du désilage on constate un engrain à l’aspect normal, fluide, mais où persiste tout de même une odeur de moisi, témoin de la présence de ces moisissures. Toutefois, nulle part nous ne constatons des destructions fongiques comme nous l’avons observé sur le silos SI02.16. La récupération du stock 2018 en septembre 2019 dans le silo SI04.16 met en évidence qu’une étape qualitative est franchie car « Par rapport au scénario présenté en 2018 pour le silo sans « protection » avec la couche de paille, l’amélioration apportée est l’absence quasi-totale de la couche de grain complètement détériorée (« digérée » par la fermentation bactérienne) qui tapissait la paroi du silo sans couche de paille de l’expérimentation de l’année précédente ». Donc l’amélioration technique par la mise en place d’un paillage intégrale de la fosse est d’ores et déjà une voie à suivre pour la suite de l’expérimentation. Concernant le devenir du stock de ce silo, les premières analyses de qualité sanitaire effectuées au laboratoire MycSA indiquent que les seuils fongiques sont suffisamment bas pour autoriser une transformation des grains en farine et une transformation en pain.

Les stocks des silos SI04.16 et SI05.17 sont protégés selon le même protocole. Nous prolongeons donc la conservation du stock du silo SI05.17 sur la longue durée une année ou deux de plus. Au préalable, nous avons contrôlé visuellement l’état du stock en surface et prélevé des échantillons dans la masse à l’aide d’une sonde. Visuellement le grain montre un bon état de conservation et une absence de destructions fongiques. Le silo a été refermé, nous espérons retrouver l’engrain dans le même état l’année prochaine.

Sur l’ensilage

A la suite de la récupération des stocks d’engrain la fin du mois de septembre est consacrée à la mise en terre de la production 2019 de petit-épeautre. Sont consécutivement ensilés les silos SI02.16, SI04.16 et SI07.19. Deux techniques de protection des stocks sont mises en œuvre : le paillage des fonds et des parois pour ces trois silos et un enduit terre sur les parois associées au paillage du fond pour le silo SI03.16. Le désilage du stock d’engrain en 2020 permettra de juger l’efficacité de cette technique.

La technique du paillage a cette année été quelque peu modifiée par la mise en place de paille compressé mécaniquement, à la fois plus épaisse (entre 8 et 12 cm) et beaucoup plus compact, ce qui évite un trop fort tassement lors du remplissage. Nous espérons ainsi encore mieux éviter le transfert d’humidité du sous-sol vers le grain. Nous souhaitons dans l’avenir mettre en place dans un silo cette technique de la paille compressée sur des modalités plus traditionnelle, plus proche des pistes livrées par l’archéologie et l’histoire. Par exemple, avec la confection d’un treillage en osier et la fabrication de javelles compressées.

Méthodologie

Concernant notre méthodologie d’approche, l’utilisation de la sonde à prélèvement procure un gain de temps appréciable car elle permet d’estimer rapidement l’état du stock sans avoir besoin de retirer totalement celui-ci. La décision de prolonger la durée du stockage peut se prendre ainsi peu de temps après l’ouverture du silo. C’est une pratique et une stratégie que nous allons désormais régulièrement renouveler.

Les données apportées par le capteur extérieur sont désormais essentielles car elles ont une valeur de comparaison avec les variations enregistrées par les capteurs insérés dans les stocks de grain. Les données comparées permettent de juger la capacité de nos dispositifs de protection à sauvegarder les stocks de grain des aléas climatiques extérieurs (fortes pluies, fortes hausses des températures…).

Les premières données cumulées sur les capacités germinatives de l’engrain récupéré dans les silos d’Alénya (au laboratoire MycSA et en semis en pleine terre) montrent à ce stade de l’expérimentation des résultats globalement décevants. Les tests effectués en atmosphère stérile dans les locaux du laboratoire sur les stocks de 2018 et de cette année (2019) montrent une levée germinative inférieure à 10%. Le semis effectué par Jacques Baboulène sur son exploitation à Grateloup, (malgré un accident climatique qui empêchera un comptage précis) s’est montré là aussi globalement très faible. Ces premières données semblent montrer que les moisissures inhérentes à ce type de stockage en milieu confiné, et ce même en l’absence de productions fongiques, altèrent systématiquement et de manière conséquente le pouvoir germinatif du grain stocké.

Principaux résultats de la campagne 2018

Extrait du rapport de PCR 2018 : Dominguez (C.), Yebdri (E.), Expérimentation archéologique d’ensilage souterrain préindustriel 3ème campagne, rapport de PCR, octobre 2017/ octobre 2018.

Bilan préliminaire et perspectives pour 2019

L’ambition de ce programme de recherche est de pratiquer sur plusieurs années consécutives l’ensilage de céréales en fosses pour comprendre cette technique et les savoir-faire relatifs à la conservation des grains des populations européennes du Néolithique à l’Époque moderne. L’archéologie livre de très nombreux exemples de silos désaffectés aux formes et aux dimensions variées, avec très exceptionnellement de vagues traces de ce qui a pu être stocké à l’origine. Cependant, elle laisse sous silence des points essentiels tels que la durée de vie d’un silo ou la durée maximale de l’enfouissement souterrain garantissant la conservation des propriétés alimentaires, sanitaires et germinatives de la denrée. L’expérimentation a pour objectif d’apporter des éléments de réponses à ces questions en suspens en les croisant à la fois aux données archéologiques, historiques et ethnologiques, aux savoir-faire de paysans en activité, ainsi qu’aux connaissances actuelles en matière de stockage des céréales.

Les premières observations issues des campagnes d’ensilage, menées depuis 2016, nous apprennent qu’à un même principe de conservation en terre, il existe une multitude de solutions techniques adaptées au terroir exploité, à la nature du substrat, au climat et à la sensibilité des participants à cette expérimentation. Nous cherchons d’abord à réussir le stockage sur une année avant de tester ce mode de conservation sur une plus longue durée. La réussite du processus sera effective lorsque la récupération du volume de grain au désilage sera consommable et avec le moins de perte possible.

Une première réussite relative d’ensilage d’engrain

L’enthousiasme suscité par le bel aspect de l’engrain de 2017 au désilage en 2018 dans les silos SI04.16 et SI05.17 laissent place à des interrogations. En effet de visu tout portait à croire que le grain était en parfait état de conservation, hormis une odeur de renfermé et une épaisseur de grains moisis contre les parois. Mais les analyses réalisées par nos collègues spécialistes des processus de stockage confiné nuancent quelque peu notre sentiment de réussite. Les premiers résultats attestent de la présence d’une importante teneur de moisissures et de mycotoxines sur les enveloppes des grains.

Parmi les points positifs on note que le paillage du fond et au sommet des stocks a eu un effet ralentisseur dans les transferts d’humidité. En effet, la hausse de l’humidité à l’intérieur du silo crée un obstacle essentiel dans ce type de conservation des céréales en favorisant la production de moisissures. L’apparition et le développement de ces dernières sont générées soit par des facteurs externes (infiltrations d’eau de pluie dans le stock, hausse trop importante de la température, …) soit par l’activité biologique propre au stock lui-même. Un de ces facteurs, voire la convergence de ceux-ci peut générer ainsi un milieu tiède et humide peu favorable à la conservation.
Ainsi il semblerait que seul un assèchement du sol ou un dispositif interne isolant (paille et/ou torchis) puisse enrayer le cycle de développement des moisissures. Autre information importante qui nécessitera un complément d’analyse, les moisissures se développent en particulier sur le germe du grain ce qui réduit considérablement sa capacité germinative. Les tests de laboratoire sont en cours, les résultats finaux seront présentés dans le prochain rapport d’activité.

Travaux réalisés

En 2018, nous avons entamé le creusement d’un sixième silo qui sera achevé et rempli l’an prochain (non figuré). Le travail sur l’évolution taphonomique du silo désaffecté (SI01.16) s’est poursuivi avec l’enregistrement du colmatage par érosion associé à un remplissage volontaire avec les déchets issus de l’aire de travail. Cette fosse-silo est laissée ouverte, protégée par une palette ajourée afin d’interférer le moins possible dans le processus de remplissage naturel. Deux silos sont remplis d’engrain produit en 2018. Le protocole de cette année est centré sur la protection du stock de grain contre l’humidité, premier facteur de développement des moisissures. Afin de protéger le grain, celui-ci est enfoui vêtu et protégé par une couche de paille tassée disposée au fond et contre les parois. Le dispositif est complété au niveau du goulot d’accès par un couvercle de bois surmonté de paille et de torchis de façon à isoler le grain de l’humidité. À la surface, nous évitons l’infiltration des eaux de pluie avec un dôme de torchis haut et large dont le diamètre est équivalent à celui au diamètre maximum de la chambre de stockage. Ces aménagements concernent deux silos (SI04.16 et SI05.17) et dans le silo SI03.16, un enduit de terre et de paille a été appliqué contre les parois. Les orages survenus à la fin de la campagne ont partiellement endommagé le chemisage nous contraignant à abandonner l’ensilage cette année.

Ensilage sur deux années

Le stock du silo SI02.16 enfouis en 2017 avec trois capteurs mesurant toutes les six heures les taux d’humidités, de CO? et la température sera ouvert l’an prochain afin d’évaluer l’état de conservation de l’engrain après deux ans.

Adaptation du calendrier des travaux

L’inondation du silo SI03.16 et préalablement le temps d’exécution et de séchage de l’enduit de terre que nous avions mal évalué nous conduit à envisager en 2019 une nouvelle organisation des travaux. Pour respecter le calendrier agricole l’ensilage se fera toujours à l’automne, mais nous réaliserons des travaux préparatoires en amont durant le printemps ou l’été pour limiter les conséquences d’imprévus. Il s’agira de prendre de l’avance en finalisant le creusement du silo SI06.18 et réparant l’enduit des parois du silo SI03.16. La campagne d’ensilage se déroulera comme cette année en trois phases : désilage, évaluation des facteurs de réussite et d’échec, ensilage en fonction des options de mises en œuvres les mieux adaptées.

Objectifs pour 2019 et 2020

Nous assurerons la rotation de critères techniques d’aménagement des parois et de la fermeture destinés à rendre étanche la chambre de stockage. Nous préparons avec l’aide de spécialistes la mise en œuvre d’un dispositif en vannerie associé à de la paille. Cet aménagement sera complémentaire à l’enduit terre paille que l’on souhaite faire dans un autre silo. Pour renseigner l’efficience de ce mode de stockage pour la conservation à long terme, nous continuerons d’échelonner les ouvertures à N+2ans, N+3 ans et N+4 ans. Enfin, pour la suite du programme triennal, nous continuerons à travailler avec du grain vêtu car envisager l’ensilage de grain nu ne sera pertinent que lorsque nous aurons bien compris ce qui se passe dans le stock au fil des mois et en fonction des différents aménagements que nous aurons mis en place.

Synthèse du programme. Réalisations, travaux optionnels entre 2016 et 2018 et projet au terme de la triennale (DAO C. Dominguez).

Principaux résultats de la campagne 2017

Textes et données issues du rapport de PCR 2017 (Habitats groupés / Villæ du haut Moyen Âge en Languedoc et Roussillon).

L’aire d’ensilage

À la fin de la campagne 2017, l’aire d’ensilage comporte cinq unités de stockage : les quatre silos crées en 2016 ainsi que le tout nouveau silo 05.17. La capacité de stockage est désormais amenée à 2159 litres.

Avec les premières observations taphonomiques, nous faisons le constat que les fosses des trois silos remplis de féveroles n’ont pas bougé pendant l’année écoulée. Les stocks de féveroles et les bouchons ont contribué de manière satisfaisante à isoler les structures permettant la stabilité des parois des chambres et des goulots. Ceci est une information plutôt positive dans l’optique d’une réutilisation régulière de certains silos (ce que nous avons déjà commencé à faire pour les silos 02.16 et 04.16) et celle d’un ensilage pluriannuel de certaines unités de stock. L’érosion des parois avec le temps n’est manifestement pas à craindre lorsque les silos sont pleins.

Les protections sommitales

Il est encore bien entendu difficile d’évaluer l’efficience des dômes en torchis qui recouvrent les silos car nous avons encore trop peu de recul. Les stocks des silos 02.16 et 04.16 et dans une moindre mesure du silo 03.16, ont été impactés par des phénomènes externes qui ont contribués a augmenté l’humidité ambiante à l’intérieur des structures. Ceci peut-il être en partie la conséquence d’une défaillance du système de protection de surface à base de dôme en torchis ? En préalable, on notera que l’humidité apportée par la couche sableuse et drainante de l’encaissant a constitué un paramètre constant d’un silo à l’autre, or l’état des féveroles était distinct dans chacune des unités de stock. C’est le signe que d’autres facteurs, ceux-ci différents d’une structure à l’autre, sont intervenus dans le processus. La principale variable de 2016 a été la nature des bouchons (et sinon le volume des féveroles).

Une piste est donnée par silo 02.16, qui présente le lot de féveroles le plus atteint par la pourriture. D’après les observations de terrain il a été endommagé par une infiltration d’eau qui a atteint le bouchage de paille et le dessus du stock par ruissellement le long de la paroi nord. Ce fait est dû à notre avis à une galerie de campagnol restée en périphérie du silo mais bien présente sous le dôme. Notez que les campagnols n’ont pas pu pénétrer au sein du goulot, ils l’ont contourné.

Ceci se comprend bien puisque les fibres de paille ont entravé leur circulation, ce qui n’est pas anodin quand on parle de stock de céréales. Cependant la masse de torchis n’a pas pu limiter l’impact de cette infiltration.

Est-ce dû au fait que le torchis se soit rétracté au séchage et qu’il y ait eu des interstices vides au contact avec la paroi ou que cet épiphénomène ait été trop important (ou étalé sur un laps de temps assez long) ce qui a réduit à néant la capacité du torchis à réguler cette humidité ?

Premiers enseignements sur les bouchages

Concernant le bouchage des goulots, il est important de trouver le juste milieu entre un matériau qui régule le taux hygrométrique du contenu du silo, par exemple ici le torchis, et l’apport d’eau nécessaire à la confection de ce dernier. Nous évaluons à 60 litres la quantité d’eau nécessaire à la confection de la masse de torchis utilisé pour le bouchon du silo 04.16. Celui-ci a des dimensions similaires aux autres silos, il est donc représentatif. Cette eau va migrer et se répartir dans les parois de terre autour du goulot d’une part, mais une partie va rejoindre la couche de paille (s’il y en a une) ou le sommet du stock. Il faut donc veiller à ne pas utiliser trop d’eau à la fois, afin que ce ne soit pas un facteur déclenchant du pourrissement des denrées ensilées. À cela il faut ajouter l’eau utilisée à la confection du dôme, bien que celle-ci aura une prédisposition à s’évaporer au contact de l’air environnant assez rapidement et ne percolera qu’en une bien moindre mesure. Par contre la mise en œuvre du dôme vient juste après celle du goulot, il est possible qu’il limite l’évacuation de l’humidité du torchis de s’évacuer par le haut.

En ce qui concerne la qualité du mélange nous avons évoqué les différentes composantes relatives à la fabrication d’un torchis. Le volume d’eau détermine l’état du mélange. Cet état va varier selon la charge de paille que les brins soient courts ou longs. La paille a tendance à assécher le mélange, et un mélange adéquat doit comporter assez de boue pour assurer la cohésion avec la paille.

Il est trop tôt pour évoquer la pertinence de telle ou telle mise en œuvre, mais sans nul doute il est important de varier la densité des différentes couches présentes au sein du goulot. Une couche de paille ou un mélange terre-paille allégé sera pertinent pour palier à un excédent d’humidité et/ou amoindrir une forte variation de température. A contrario, une couche de torchis lourd et gras, formée à partir d’une terre plastique convenablement fibrée sera importante pour assainir et réguler l’hygrométrie dans le goulot mais aussi servira de frein à l’intrusion de rongeurs. Il est important de signaler qu’il parait peu probable d’atteindre une étanchéité totale à l’eau, au mieux, et c’est ce qui fait le succès du torchis à travers les âges, nous pouvons réaliser une zone tampon qui régulera l’humidité.

Le désilage

L’année 2017 marque notre première expérience de récupération d’une production ayant séjourné dans le sous-sol. Elle est importante car, elle nous fournit, en sus des observations intrinsèques liées à l’état sanitaire du stock de féveroles, des éléments pour la mise en place d’une méthodologie à utiliser dans l’avenir et avec les céréales.

De la campagne 2017, nous tirons pour principal enseignement que le désilage constitue une étape énergivore en temps car elle additionne les opérations de retrait des protections et des bouchons, la récupération du stock avec ses observations, relevés, pesées, échantillonnages, ainsi que le conditionnement des produits réutilisables, l’évacuation des denrées gâtées hors du périmètre de l’aire d’ensilage (pour des questions sanitaires de contaminations des différents stocks), les échanges avec agriculteurs et spécialistes de la sécurité alimentaire et du stockage des céréales.

Un certain nombre d’observation a été fait sur chacun des trois silos à féveroles qui amènent quelques considérations d’ordre global. D’abord aucun des stocks en place n’a été récupéré dans le même état que lorsqu’ils ont été ensilés un an plus tôt. En effet, tous ont subi une évolution pendant les douze mois passés en terre. L’évolution se caractérise par un processus de pourrissement plus ou moins marqué selon les unités de stockage. La production du silo 02.16 est la plus atteinte par de fortes concentrations de moisissures, de levures et de bactéries, ceci dans toutes les parties de la chambre de stockage. Le stock est irrécupérable selon le producteur des féveroles. Il en va de même pour l’unité de stock du silo 04.16, qui bien que le pourrissement soit moins engagé que pour le silo 02.16, ne sera pas utilisée en tant qu’aliment (pas même pour les animaux) ni même probablement comme semence agricole (le test de germination sur les féveroles de ce silo viendra très probablement confirmer le diagnostic visuel).

Nous avons observé que les céréales présentes au sein des stocks de féveroles avaient beaucoup mieux résisté à l’humidité et sont restées apparemment saines dans les unités de stockage des silos 03.16 et 04.16. Il est possible que les légumineuses ne soient pas propices à une bonne conservation en milieux souterrain, en particulier celles de gros calibre qui laissent la place à beaucoup de vides entre elles, donc d’oxygène.

Objectifs pour 2018

Concernant le terrain, les objectifs sont les suivants :

  • Ensiler 3 m 3 de blé de la variété Petit Épeautre, avec le projet d’utiliser cette une seule et même variété plusieurs années (3 à 4 ans ?) afin d’optimiser les éléments de comparaison sur d’autres paramètres de l’ensilage.
  • Ouvrir tous les silos remplis en 2017 (observations, échantillonnages, etc).
  • Récupération des données enregistrées par les capteurs afin d’analyser avec les spécialistes l’évolution de la température, des taux d’humidité et de CO2 dans chaque partie de chaque silo.
  • Augmentation de la capacité d’ensilage avec le creusement d’au moins 2 silos supplémentaires et
  • l’agrandissement du silo 03.16. L’objectif étant d’obtenir une capacité d’ensilage à la hauteur (voire légèrement au-delà) du volume à stocker.
  • Si les premiers résultats de l’ensilage du blé 2017 donnent des résultats jugés satisfaisants, alors débutera l’ensilage d’un ou plusieurs silos sur la longue durée (entre 3 et 8 ans).
  • Au moins deux à trois silos seront utilisés pour un an (en gardant le système de bouchage qui aura été validé en 2017 et 2018) et aussi pour tester certaines pratiques attestées par l’archéologie ou l’ethnologie (le nettoyage par le feu…).
  • Réserver un, voire deux silos en attente pour 2019.
  • Observer l’évolution taphonomique du silo 01.16, laissé vide.
  • Débuter les enregistrements micromorphologiques sur un des silos sur lequel nous pratiquerons une succession de prélèvements afin d’observer divers phénomènes liés à la pratique de l’ensilage tels : l’altération du substrat causée par la germination, les traces laissées par les gestes de nettoyage des parois…L’approche sédimentaire sera bien sûr essentielle pour comprendre la dynamique de formations des strates dans lesquelles sont creusés les silos (particulièrement la dynamique hydrologique) et par conséquent de juger de la pertinence de maintenir ou pas l’ensilage dans ce secteur.
Tableau synoptique de l’état de l’ensilage 2017 : état des silos, travaux à réaliser en 2017. Dessin : J. Kotarba.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search