Le projet

Les expérimentations archéologiques d’ensilage ont débuté en 2016 dans les Pyrénées-Orientales (financement Inrap et Drac Occitanie) avec l’objectif principal de comprendre le fonctionnement de cette technique de conservation et des différentes adaptations possibles en fonction du terrain et du climat. Les résultats attendus initialement étaient destinés à éclairer les découvertes archéologiques et carpologiques, elles sont désormais d’un apport plus large à destination des spécialistes du stockage actuel et des agriculteurs en quête de solutions alternatives de conservation.

En 2017, la collaboration avec le laboratoire Inrae MycSA et la société Insecto Net IAA ; et en 2020 avec le laboratoire Cnrs Isem, nous ont permis d’élaborer un programme d’expérimentation annuel dont les résultats et la portée scientifique pluridisciplinaire, a été salué par l’Agence Nationale de la Recherche. L’ANR SilArcheoBio (ANR-21-CE27-0013-02) portée par MycSA, l’Inrap et l’Isem, et en collaboration avec les sociétés Acter archéologie et Insecto Net IAA, est financée jusqu’en 2025.

La poursuite des recherches s’enrichit en 2022 du partenariat avec la Ville de Perpignan et le centre archéologique Rémy Marichal qui accueille dans l’enceinte du musée-site de Ruscino le second site d’expérimentation. Complémentaire au premier (situé à Alénya dans l’unité Inrae) les recherches permettront désormais une comparaison des résultats dans une même région mais dans des terrains de nature géologiques différentes. Les autres thématiques développées sont la conservation en jarre enfouie, la conservation de l’orge et d’autres variétés de céréales. La collecte de données sur la taphonomie du silo ou de la fosse abandonnée engagés dès 2018 sont également poursuivie et seront engagés sur les deux sites.

Objectifs

Objectifs et moyens généraux

Le temps que nous sommes susceptibles de consacrer à cette expérience nous permettra la création de quelques silos par an, leur entretien et leur observation. En corollaire, notre objectif général reste mesuré : ensiler une dizaine ou une douzaine d’années durant, sur un même terrain, deux, trois ou quatre produits différents. Nous envisageons de tester des techniques et des denrées une par une pour s’assurer de pouvoir cibler le paramètre à l’origine des résultats que nous constaterons.  Nous prévoyons aussi de les tester plusieurs fois chacune pour obtenir des données en séries (fussent de petites séries) plutôt que ponctuelles et circonstancielles. Nous prévoyons d’ensiler certains produits une année seulement, d’autres plusieurs années.

Il a été convenu  de tester un seul critère à la fois, chaque année, sur 3 ou 4 silos, lié soit à la réalisation du silo (système de fermeture, aménagement du fond ou des parois), soit au contenu (céréale, légumineuse, mélange des deux).

À terme nous pensons créer 30 à 40 silos et pratiquer pour un ensilage en testant :

  • Différents types de bouchon.
  • Peut-être différentes formes et différentes tailles de silos (selon résultats obtenus avec les premiers silos).
  • Différentes techniques d’isolation des parois (sans isolation, avec de la paille, etc).
  • Différentes espèces de céréales ou de légumineuses, seules ou en assemblage selon ce que l’on sait des pratiques médiévales en région.
  • Différents modes d’enfouissement (grains secs directement mis en terre, grains retirés quelques jours après enfouissement pour séchage, etc).
  • Différentes durées d’ensilage, au maximum une dizaine d’années (selon résultat des analyses biochimiques au bout de 4, 5 et peut-être 6 ou 7 ans).

186 282a

Les observations porteront sur :

  • L’état précis des silos avant et après ensilage, également après une période où le silo est laissé vide et protégé, avec relevés de l’évolution du creusement. Les premiers relevés ont été traditionnels, nous pensons introduire rapidement de la photogrammétrie 3D.
  • Analyse biochimique des produits avant ensilage et après au bout d’une ou plusieurs années : pouvoir germinatif, qualité nutritionnelle, analyses parasitologiques, etc.
  • Mesures régulières du taux d’humidité et de la température à l’intérieur des silos, au centre et contre les parois. (Des mesures de l’évolution du taux d’oxygène et de CO2 seraient utiles mais nous n’avons pas trouvé d’appareil qui puisse être enfoui et le permette ni d’appareil avec une sonde qui prenne la mesure à distance[1]).

238b240-jpg

En outre, une surveillance régulière de l’état du terrain est prévue, avec des visites toutes les 4 à 6 semaines ou après de fortes intempéries pour contrôler l’état des bouchons (fig. A).

 

Objectifs et moyens mis en œuvre pour la première campagne (an 1, 2016/2017)

 Trois objectifs ont été arrêtés pour la première année de l’expérimentation. Vérifier si nous sommes capables d’ensiler, expérimenter plusieurs types de bouchons et mettre en place un système d’enregistrement. Pour cela, 4 silos ont été creusés et 3 ont été remplis de féveroles.

  • Savons-nous ensiler ?

La première étape, en toute modestie, a consisté à vérifier si la technique de l’ensilage en terre, tel que nos expériences archéologiques et les données historiques, agronomiques et ethnographiques compilées dans les ouvrages sur le sujet nous ont amené à le comprendre, étaient valables et permettaient effectivement la conservation de denrées périssables pendant plusieurs mois.

Pour cela nous avons limité à 3 le nombre des silos à remplir et boucher, de manière à ne pas gâcher trop de matière en cas d’échec.

303

 

  • enregistrer l’expérience

Pour rendre compte de l’expérimentation (validité de la démarche et résultats), nous avons créé 3 fichiers.

  • L’un concerne les silos et documente individuellement leur fabrication, leur profil, leurs dimensions, l’usage qui en sera fait d’année en année et leur évolution dans le temps.
  • Un second concerne les denrées ensilées. Pour chaque espèce et par année seront consignés les informations sur l’origine des produits (producteur, année de production, etc), la description du produit par le carpologue et les résultats d’analyse biochimique avant enfouissement dès que nous es entreprendrons.
  • Un troisième fichier concerne l’ensilage. Il compile les informations relatives à chaque stock mis en terre dans un silo : le numéro du silo, le numéro du produit, l’année de mise en terre, la technique de remplissage du silo et de bouchage, le temps passé en terre, l’enregistrement de l’évolution des températures et de l’humidité pendant l’ensilage (si le stock est sous contrôle), l’état du produit lorsqu’il est récupéré, vu par le carpologue, l’agriculteur et les résultats des analyses biochimiques.

Parallèlement l’état du terrain et surtout le temps sont enregistrés pour que les résultats puissent être couplés avec les événements climatologiques

Un suivi photographique a été entrepris dès le début de l’expérience et les structures sont relevées de manière traditionnelle pour l’instant. L’enregistrement fin du rythme et de la forme de dégradation des silos nécessite de mettre rapidement en place un système de relevé photogrammétrique ui devrait être mis en œuvre en 2017.

47133a226a

 

  • Creuser quatre silos d’une faible contenance

Nous avons fait le choix de commencer en creusant des silos de petite taille avec, chacun, une chambre de stockage d’une capacité d’environ 300 litres. Ceci pour plusieurs raisons : d’abord car nous avons acquis cette année un stock de seulement 600 kg de féveroles[2], pour répartir le volume de légumineuses dans plusieurs structures pour pouvoir tester plusieurs bouchons et pour ne pas passer trop de temps au creusement des structures. De plus, nous options ainsi pour une forme à faible encorbellement, moins sujet aux risque d’effondrement.

Le choix de ce gabarit semblait évident en amont afin d’aborder à la fois :

– la (ou les) technique creusement

– de juger de l’adaptation, ou pas, de nos outils actuels à ce type de creusement

– de quantifier le volume de terre extrait

– de mesurer le temps nécessaire à percer un silo

– d’apprécier aussi la pénibilité du travail à chacune de ses étapes

23 29 59c 70 87d

 

  • Utiliser une denrée attestée anciennement par la carpologie

Parmi les paysans sollicités, un seul avait dégagé de sa récolte 2016 un petit surplus de production[3] : près de 1 m3 de féveroles. Cette légumineuse est attestée depuis le Néolithique. Elle fait également partie des corpus enregistrés fréquemment par les carpologues sur les sites médiévaux.

134 

  • Différentes mise en œuvre de bouchon

Pour l’année 1 de l’expérimentation, nous avons choisi d’observer le critère de bouchage par la réalisation de quatre dispositifs distincts. Un silo a été laissé vide mais fermé par une planche de bois et une coche de torchis. Trois silos ont été remplis de féveroles et obstrués par des bouchons construits à base de terre et de paille, dans des proportions différentes, mélangées ou non, et avec plus ou moins d’humidité (paille seule, torchis, terre sèche, terre humide). Ceux-ci seront présentés en détails au § 5.7. La réflexion autour du bouchage des silos nous a semblé intéressante dès cette année car c’est un dispositif sans doute essentiel pour le maintien du milieu anaérobie et pour la réussite du processus de conservation.

212

Pour rappel, le processus de l’ensilage enfouis est de créer une atmosphère confinée et anaérobie assurant la longue conservation d’une denrée périssable. Cette atmosphère est obtenue comme suit : l’humidité résiduelle du terrain encaissant favorise la germination des grains qui sont à son contact. En germant, ceux-ci  consomment l’oxygène présent dans le stock. Lorsque l’oxygène est épuisé, la germination cesse, même si l’humidité perdure ou varie. Les grains qui ont germé pourrissent et se perdent.. Les autres grains entrent en état de dormance jusqu’à ce que le silo soit ouvert au bout d’une ou plusieurs années. La bonne conservation est conditionnée par le maintien du milieu anaérobie tout au long du temps de d’enfouissement, d’où le soin nécessairement apporté au bouchage.

  1. NB. Nous avons opté pour un stockage des grains dans la chambre des silos, non dans les goulots et un bouchon sur toute la hauteur de ces derniers, doublé d’une couverture en surface. Le terrain d’Alénya est en effet habité de campagnols qui creusent leurs galeries sur une petite quarantaine de centimètres de profondeur et que l’on ne souhaite pas voir traverser nos structures, d’autant qu’ils se nourrissent de céréales et de légumineuses. Nos goulots mesurent donc 0,60 m de profondeur et sont bouchés sur toute leur hauteur.

 

  • Contrôle de l’évolution des silos

C’est une originalité de notre projet car à notre connaissance aucune expérimentation n’avait encore tenté de documenter les processus d’altération des aménagements. L’archéologie n’en documente que le stade final, parfois les stades intermédiaires, mais le plus souvent au seul niveau de la chambre de conservation, non au niveau du goulot dont la base et le sommet semble pourtant les parties les plus fragiles de la structure.

Cette année les quatre silos ont été relevés au trait et photographiés minutieusement pour que leur état initial soit bien documenté. Une pluie violente survenue entre deux étapes d’ensilage a ruisselé dans un silo alors achevé mais vide, en dépit de la protection qu’on y avait posée. Ce fut l’occasion d’une première observation de dégradation des parois, assez limitée toutefois.

199a

C’est en 2017 que commenceront nos premières réelles observations : celles de l’état du silo laissé vide mais fermé et celles de l’état du ou des silos remplis que nous viderons. Il s’agira ici de mesurer l’état de conservation de ces silos qui auront alors un an d’existence environ  et d’apprécier s’il peut être réutilisé directement pour stocker des denrées ou s’ils doivent être restaurés.

 

  • Moyens financiers et matériels

Pour l’année 2016, un budget de 6000 euros de subvention a été alloué par la DRAC de Languedoc-Roussillon au PCR « Habitats groupés / villæ ,  dont environ 4900 ont servi à l’expérimentation.

 

  • Moyens humains

Neuf agents de l’Inrap et 1 agent du SRA ont préparé et mis en œuvre l’expérimentation en 2016, selon des temps très variables allant de 3 à 25 jours par personne pour un total de 81 jours. Quelques journées de bénévolat s’y ajoutent, notamment la participation complice de Céline qui nous a offert a plusieurs reprises de délicieux mets réalisés avec des féveroles.

36 36b

Cécile Dominguez, Eric Yebdri,, Novembre 2016

[1] Nous sommes en contact avec un vendeur dont le fabricant est susceptible de concevoir un tel appareil.

[2] Les produits anciens que nous utilisons ne sont pas homologués et de ce fait interdits à la vente et à la consommation alimentaire. L’agriculteur qui nous fournit travaille expressément pour nous, sur commande. Notre budget de la première année a donc été réparti entre l’achat d’un volume réduit de féveroles pour l’ensilage de 2016 et le règlement de la commande d’un volume 2,5 fois plus important de céréale pour l’ensilage de 2017.

[3] Rappelons que ces paysans pratiquent l’agriculture biologique et en cela, ils exploitent de petites superficies justes suffisantes pour atteindre l’équilibre financier. Ainsi, à l’avenir c’est une commande avant la période des semis que nous devrons passer afin de nous permettre d’acheter un stock plus conséquent, spécialement cultivé pour l’expérimentation. Avant les semailles de l’automne 2016, nous avons ainsi commandé un peu plus de 1500 kg de petit épeautre pour la récolte de l’été 2017.

 

Historique du projet

 

 Avec la découverte régulière d’aires d’enHistorique du projet d’expérimentationsilage du haut Moyen Âge, la thématique de la conservation de denrées périssable en fosse a trouvé tout naturellement sa place au sein du projet collectif de recherche pluriannuel « Habitats groupés du haut Moyen Âge en Languedoc et Roussillon (VIe-XIIe siècles) ». Dès la création de celui-ci en 2014, l’expérimentation est apparue comme une solution possible pour tenter de répondre à certaines questions concernant la technique de l’ensilage et comprendre la diversité des usages pour aider à l’interprétation des sites fouillés. Ainsi un groupe de travail s’est constitué autour de 3 personnes pour œuvrer durant deux ans à la préparation du projet d’ensiler. Celui-ci a débuté en septembre 2016.

Au sein du PCR, l’expérimentation est pilotée par Cécile Dominguez et Éric Yebdri (qui en a eu l’initiative). Il est suivi de près par Jérôme Kotarba qui habite sur la commune où sont implantés les premiers silos et par le carpologue Jérôme Ros qui nous a rejoints en 2016.

Avant que l’expérimentation ne débute, plusieurs réunions de préparation ont été nécessaires. Il a fallu rencontrer des paysans, nos futurs producteurs de grain à ensiler, leur présenter cette technique spécifique (pour eux inconnue) et également apprendre de leurs savoir-faire pour éviter les écueils d’une expérimentation qui serait trop éloignée d’une agriculture traditionnelle. Il a fallu aussi trouver un terrain avec la garantie que nous puissions l’occuper à peu de frais plusieurs années durant. Cela s’est concrétisé avec l’INRA qui nous a proposé deux espaces de quelques ares sur la commune l’Alénya en Roussillon. Nous y avons vérifié la nature géologique du sous-sol et avons opté pour celui qui montrait la meilleure cohésion.

Alénya Inra position3-fig-16-jpg

D’autre part, inspirés par la démarche de François Sigaut (Gast, Sigaut dir. 1979-1985), nous avons également recherché l’appui scientifique et technique d’agronomes et de chimistes. Plusieurs unités de l’INRA travaillant sur les céréales ou l’alimentation ont été approchées mais le partenariat scientifique n’est pas encore établi.

Tout n’ayant pas été prêt au printemps 2016, nous n’avons creusé nos premiers silos qu’à l’issue des moissons, au moment d’ensiler. La préparation du projet se poursuit donc alors que l’expérimentation est commencée…

. Les principes

Le projet prévoit de se rapprocher au mieux de ce que l’on croit être les techniques de l’ensilage médiéval en Languedoc et Roussillon.

Pour cela nous avons fait le choix d’établir notre champ d’expérience dans cette région, en plaine sur un terrain clôturé et surveillé que nous pourrons occuper plusieurs années.

Nous avons creusé les silos sans outil mécanique.25a54

Nous avons choisi d’ensiler des produits issus de l’agriculture biologique d’une part (sans traitement, notamment de conservation !), mais surtout des variétés anciennes autant que possible et d’espèces cultivées au Moyen Âge et attestées sur les sites régionaux. Le choix de ce type de production est indispensable pour ne pas biaiser l’expérimentation avec des graines non attestées archéologiquement et qui, lors du confinement, ne réagiraient pas comme les semences cultivées anciennement. Pour cela nous sommes rapprochés du CETAB, Centre d’Étude et terre d’Accueil des Blés (Lot-et-Garonne) qui est affilié au Réseau Semences Paysannes. Il nous met en relation avec les producteurs de céréales qui pratiquent l’agriculture biologique et la sélection participative de variétés de céréales et de légumineuses qualifiées d’anciennes (non hybridées ni modifiées génétiquement). Cette année, Jacques Baboulène, agriculteur dans le Lot-et-Garonne, nous a fourni les 600 kg de féveroles à ensiler dont nous avions besoin et produira pour nous l’an prochain quelques 1600 kg d’engrain (petit épeautre). Nous souhaitons une étroite collaboration avec les producteurs, les mieux à-mêmes de nous informer sur les différentes qualités de grain.

174 174c

Pour le reste, nous ne nous sommes pas exactement conformés aux temps anciens : nous n’avons pas employé d’enfants (l’embouchure très étroite de certains silos montre pourtant qu’ils contribuaient autrefois largement à leur aménagement), nous n’avons pas copié notre alimentation sur celle du paysan médiéval ni ne nous sommes vêtus de chausses hautes et de tuniques. Nos outils ont été empruntés dans nos dépôts de fouille, mais aussi dans nos arrières cours, ayant opté pour ce qui convenait le mieux à l’usage. Ces choix ont sans doute une incidence sur les rythmes de travail et le temps passé au creusement des fosses.

 

Cécile Dominguez, Eric Yebdri, novembre 2016

Expérimenter l’ensilage

Expérimenter l’ensilage dans les conditions du Moyen Âge, Pourquoi faire ?

Depuis plusieurs décennies la recherche archéologique dans l’hexagone a permis de mieux appréhender les pratiques agricoles des populations anciennes. Cela est notamment la conséquence du développement de l’archéologie agraire à la fin des années ‘80 qui se donnait pour objectif « d’essayer de retrouver les structures ou les vestiges liés aux pratiques culturales et, de façon plus large, les indices de toutes nature témoignant sur l’anthropisation du milieu » (introduction du manifeste Pour une Archéologie agraire, Guilaine 1991).
136c

Parmi les pratiques agraires il en est une à propos de laquelle les archéologues se posent aujourd’hui encore de nombreuses questions. Il s’agit de la conservation de certains aliments dans des silos souterrains dont la mise en œuvre est destinée à conserver sur le long terme des denrées périssables par le maintien de celles-ci en atmosphère confinée et anaérobie. Cette technique se pratique depuis le Néolithique ancien jusqu’au bas Moyen Âge en Europe et elle est toujours en usage dans certains pays d’Afrique et d’Asie (notamment Clément 1985, Seignobos 2000). La variété des formes des silos à travers les âges et les lieux commence à être très bien documentée. De même, le processus physico-chimique qui entre en œuvre après le bouchage d’un silo rempli et assure la conservation des denrées qu’il contient est dorénavant connu dans ses grandes lignes. Cependant, ramené au détail d’une région ou d’une période, l’ensilage reste encore mal caractérisé. Les médiévistes languedociens qui ont été confrontés ces dernières années à des silos isolés et surtout aux vastes aires d’ensilage à centaines de silos, en dépit du renouvellement des approches de terrain et des études, se sont heurtés aux limites de l’archéologie. Celle-ci ne répond pas à toutes les questions, en particulier sur les sites dont le sol et une partie du sous-sol ont disparu. Nous rappelons l’évidence : les stocks ne sont retrouvés qu’exceptionnellement – ce n’est jamais arrivé sur les sites retenus de ce PCR en dépit des centaines de silos fouillés. Les silos ne sont presque jamais intacts s’étant dégradés et surtout ayant perdu leur partie sommitale sous l’effet des labours, voire du défonçage pratiqué après leur abandon et les indices de datation sont systématiquement manquants pour appréhender la date de l’aménagement de chaque structure et sa durée d’utilisation.
L’expérimentation vise à réduire ces lacunes documentaires. Pratiquer l’ensilage plusieurs années permettra l’observation de l’évolution des structures et des produits ensilés dans des conditions que nous ferons varier une à une pour tenter de cerner les techniques qui fonctionnent bien de celles qui fonctionnent mal, les conditions précises favorables et défavorables à l’ensilage souterrain. La reproduction récurrente de l’expérience est envisagée pour produire des données en série et essayer ainsi de cerner les facteurs d’échec ou de réussite, mais aussi l’évolution des structures et de la qualité des stocks. Bien évidemment, nous n’ensilerons pas des décennies durant et nos séries d’observation resteront de facto limitées. L’expérimentation ne lèvera pas tous les voiles, d’autant que pratiquer l’ensilage de nos jours avec l’objectif de mieux comprendre le Moyen Âge introduit des biais. Néanmoins, nous espérons apporter des réponses ou des éléments de réponse aux questions en suspens les plus handicapantes pour comprendre la gestion des grandes aires d’ensilage médiévale et l’économie céréalière des semailles à la thésaurisation.

Les données les plus attendues concernent la durée de vie d’un silo aménagé dans un sol tendre comme il s’en trouve dans toute la plaine languedocienne orientale et roussillonnaise. Nos observations archéologiques sur les structures médiévales de ces régions donnent l’impression que chaque structure peut durer plusieurs décennies en dépit de la dégradation du goulot sommital que l’on croit lente, peut-être même un siècle ou deux. Nous projetons de relever d’année en année l’évolution des silos que nous avons percés en 2016 et de ceux que nous percerons à l’avenir pour vérifier où sont les parties fragiles de chaque type de profil et à quel rythme elles se sapent selon que le silo est vide et bouché ou rempli et obstrué. Ne prévoyant pas d’ensiler 100 ans durant, nous seront attentifs aux plus petits détails de cette évolution pour pouvoir, à l’issue d’une dizaine d’années, projeter leurs résultats sur plusieurs décennies ou siècles. Obtenir un ordre d’idée sur la durée de vie d’un silo, qui ne varie pas de 50 à 200 ans comme actuellement, précisera le calcul du nombre de silos actifs par demi-siècle ou par siècle sur les sites d’ensilage pluriséculaires. Dès lors, nous pourrons confronter l’estimation de la capacité de stockage des établissements ruraux (fermes ou village) à l’étendue de leur finage, à l’estimation de leur terroir céréalier, aux besoins de sa population si sont nombre peut-être évalué.
Autre questionnement d’importance, combien de temps peut-on garder les denrées en terre ? Nous ne prévoyons pas de faire du stockage à court terme de légumes racine, bien que cela soit vraisemblablement pratiqué sur nos certains de nos sites dans des silos de petit volume faiblement enterrés. Nous ne prévoyons d’ensiler que des céréales et des légumineuses, c’est-à-dire des produits secs ou presque secs. Les textes d’archive du bas Moyen Âge du Roussillon mentionnent des interdictions d’ensiler plus de 7 ans. C’est donc que cela se pratiquait. Mais quel était l’état des grains au bout de tant d’années ? L’analyse de sorgho demeuré 5 ans dans un silo au Yemen dans les années ’70 a montré la bonne conservation des vitamines, des protides et des lipides du produit (Adrian et al. 1979). Mais qu’en est-il en Europe méditerranéenne où le climat n’est pas si sec ? Nous prévoyons de faire analyser des échantillons de nos grains avant ensilage et après une et plusieurs années de stockage pour vérifier l’évolution de la valeur nutritionnelle des différentes espèces et de la capacité germinative. S’il s’avère que les denrées restent comestibles (pour l’instant, nous ne sommes même pas sûrs de savoir ensiler), nos pourrons aussi observer l’évolution du goût. En effet, l’objectif de l’ensilage médiéval n’est peut-être pas uniquement à des fins de conservation mais peut-être aussi de transformation. Nous espérons ainsi obtenir des données supplémentaires pour les études de l’alimentation, mais aussi des éléments pour discuter de la finalité du stockage à long terme, en excluant quelques unes de nos pistes par exemple, faute de pouvoir en certifier aucune (stockage voué à fournir la semence ou l’alimentation des années suivant les mauvaises récoltes, à vocation commerciale ou spéculative, stocks fiscaux, voire autre chose encore à quoi nous n’avons pas pensé).
Nous ignorons bien sûr quels produits exactement étaient ensilés et quels produits ne l’étaient pas. De même que nous ne savons pas à quel stade de la transformation ces produits étaient mis en terre, notamment selon leur destination. Cela cependant ne peut-être documenté que par l’archéologie, avec la découverte de parties de stocks gâtés, rejetés dans les silos et conservés à la faveur d’événements exceptionnel (carbonisation par exemple). Notre expérimentation apportera peut-être quelques indices sur les facteurs à éviter ou ceux très favorables (le mélange de céréales de petite taille dans un stocke de légumineuses par exemple pour limiter la quantité d’oxygène), mais pas d’information directe sur les usages médiévaux. Il en va de même pour les techniques de l’ensilage. Peut-on envisager plusieurs variantes fonctionnelles pour boucher un silo ? Y a-t-il une forme et un volume de silo idéal pour la bonne conservation des produits ? Quel intérêt exact avait le tapissage des parois avec de la paille (attesté archéologiquement et encore pratiqué à Madagascar), etc. ?

C. Dominguez, O. Maufras, E. Yebdri
Décembre 2016

Bibliographie

Adrian et al 1979 : ADRIAN (J.), DRAPRON (R.), GAST (M). — Caractéristiques biochimiques d’un grain de sorgho conservé pendant 5 ans dans u silo souterrain, au Yemen. In : GAST (M.) dir., SIGAUT (F.) dir. — Les techniques de conservation des grains à long terme : leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés, t.1. Paris : éditions du CNRS, 1979. p. 41-47.

Clément 1991 : CLÉMENT (S.) dir. — Introduction à l’étude des greniers en Asie du Sud-Est. Journal de l’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 32e année. Paris. 1985, p. 3-42.

Gast, Sigaut dir. 1979-1985 : GAST (M.) dir., SIGAUT (F.) dir. — Les techniques de conservation des grains à long terme : leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés, t.1-3. Paris : éditions du CNRS, 1979-1985. 4 vol. t.1 : 232 p., t.2 : 238 p., t.3 fasc.1 : 344 p. – XXXI, t.3 fasc.2 : 347 à 606 p. – XXXI : ill.

Guilaine 1991 : GUILAINE (J.) dir. — Pour une Archéologie agraire. Paris : Armand Colin, 1991. 576 p.

Seignobos 2000 : SEIGNOBOS (C.). — Stratégies de conservation du grain. In : SEIGNOBOS (C.), IYÉBI-MANDJEK (O.). — Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun. Paris : Éditions de l’IRD, 2000, p. 107-110.

Ensiler au Moyen Âge

Ensiler au Moyen Âge
Étude du phénomène des grandes aires de stockage en silo du Midi médiéval

L’archéologie de ces dernières décennies, en particulier celle de ces dernières années, a mis en évidence dans le Midi européen, de vastes sites médiévaux dédiés au stockage des récoltes en silos. Leur étude est ingrate, les données relevant de fouilles coûteuses aux résultats riches mais très partiaux. La communication, lors du séminaire universitaire TERRAE de Toulouse du 21 novembre 2014, des résultats de quelques enquêtes archéologiques carpologiques et expérimentales en cours a mis en évidence la nécessité de confronter les sites en travaillant sur les séries d’aires d’ensilage et non plus seulement des séries de silos. De même, il a paru nécessaire de croiser les approches en systématisant les études des carpo-restes et en invitant les historiens à se pencher sur le phénomène de l’ensilage massif, probablement collectif, pratiqué aux portes des villages, principalement entre les IXe et XIIe s. Continuer la lecture de « Ensiler au Moyen Âge »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search