Tous les articles par ceciled

Historique du projet d’expérimentation

 

 Avec la découverte régulière d’aires d’enHistorique du projet d’expérimentationsilage du haut Moyen Âge, la thématique de la conservation de denrées périssable en fosse a trouvé tout naturellement sa place au sein du projet collectif de recherche pluriannuel « Habitats groupés du haut Moyen Âge en Languedoc et Roussillon (VIe-XIIe siècles) ». Dès la création de celui-ci en 2014, l’expérimentation est apparue comme une solution possible pour tenter de répondre à certaines questions concernant la technique de l’ensilage et comprendre la diversité des usages pour aider à l’interprétation des sites fouillés. Ainsi un groupe de travail s’est constitué autour de 3 personnes pour œuvrer durant deux ans à la préparation du projet d’ensiler. Celui-ci a débuté en septembre 2016.

Au sein du PCR, l’expérimentation est pilotée par Cécile Dominguez et Éric Yebdri (qui en a eu l’initiative). Il est suivi de près par Jérôme Kotarba qui habite sur la commune où sont implantés les premiers silos et par le carpologue Jérôme Ros qui nous a rejoints en 2016.

Avant que l’expérimentation ne débute, plusieurs réunions de préparation ont été nécessaires. Il a fallu rencontrer des paysans, nos futurs producteurs de grain à ensiler, leur présenter cette technique spécifique (pour eux inconnue) et également apprendre de leurs savoir-faire pour éviter les écueils d’une expérimentation qui serait trop éloignée d’une agriculture traditionnelle. Il a fallu aussi trouver un terrain avec la garantie que nous puissions l’occuper à peu de frais plusieurs années durant. Cela s’est concrétisé avec l’INRA qui nous a proposé deux espaces de quelques ares sur la commune l’Alénya en Roussillon. Nous y avons vérifié la nature géologique du sous-sol et avons opté pour celui qui montrait la meilleure cohésion.

Alénya Inra position3-fig-16-jpg

D’autre part, inspirés par la démarche de François Sigaut (Gast, Sigaut dir. 1979-1985), nous avons également recherché l’appui scientifique et technique d’agronomes et de chimistes. Plusieurs unités de l’INRA travaillant sur les céréales ou l’alimentation ont été approchées mais le partenariat scientifique n’est pas encore établi.

Tout n’ayant pas été prêt au printemps 2016, nous n’avons creusé nos premiers silos qu’à l’issue des moissons, au moment d’ensiler. La préparation du projet se poursuit donc alors que l’expérimentation est commencée…

. Les principes

Le projet prévoit de se rapprocher au mieux de ce que l’on croit être les techniques de l’ensilage médiéval en Languedoc et Roussillon.

Pour cela nous avons fait le choix d’établir notre champ d’expérience dans cette région, en plaine sur un terrain clôturé et surveillé que nous pourrons occuper plusieurs années.

Nous avons creusé les silos sans outil mécanique.25a54

Nous avons choisi d’ensiler des produits issus de l’agriculture biologique d’une part (sans traitement, notamment de conservation !), mais surtout des variétés anciennes autant que possible et d’espèces cultivées au Moyen Âge et attestées sur les sites régionaux. Le choix de ce type de production est indispensable pour ne pas biaiser l’expérimentation avec des graines non attestées archéologiquement et qui, lors du confinement, ne réagiraient pas comme les semences cultivées anciennement. Pour cela nous sommes rapprochés du CETAB, Centre d’Étude et terre d’Accueil des Blés (Lot-et-Garonne) qui est affilié au Réseau Semences Paysannes. Il nous met en relation avec les producteurs de céréales qui pratiquent l’agriculture biologique et la sélection participative de variétés de céréales et de légumineuses qualifiées d’anciennes (non hybridées ni modifiées génétiquement). Cette année, Jacques Baboulène, agriculteur dans le Lot-et-Garonne, nous a fourni les 600 kg de féveroles à ensiler dont nous avions besoin et produira pour nous l’an prochain quelques 1600 kg d’engrain (petit épeautre). Nous souhaitons une étroite collaboration avec les producteurs, les mieux à-mêmes de nous informer sur les différentes qualités de grain.

174 174c

Pour le reste, nous ne nous sommes pas exactement conformés aux temps anciens : nous n’avons pas employé d’enfants (l’embouchure très étroite de certains silos montre pourtant qu’ils contribuaient autrefois largement à leur aménagement), nous n’avons pas copié notre alimentation sur celle du paysan médiéval ni ne nous sommes vêtus de chausses hautes et de tuniques. Nos outils ont été empruntés dans nos dépôts de fouille, mais aussi dans nos arrières cours, ayant opté pour ce qui convenait le mieux à l’usage. Ces choix ont sans doute une incidence sur les rythmes de travail et le temps passé au creusement des fosses.

 

Cécile Dominguez, Eric Yebdri, novembre 2016