Principaux résultats de la campagne 2018

Extrait du rapport de PCR 2018 : Dominguez (C.), Yebdri (E.), Expérimentation archéologique d’ensilage souterrain préindustriel 3ème campagne, rapport de PCR, octobre 2017/ octobre 2018.

Bilan préliminaire et perspectives pour 2019

L’ambition de ce programme de recherche est de pratiquer sur plusieurs années consécutives l’ensilage de céréales en fosses pour comprendre cette technique et les savoir-faire relatifs à la conservation des grains des populations européennes du Néolithique à l’Époque moderne. L’archéologie livre de très nombreux exemples de silos désaffectés aux formes et aux dimensions variées, avec très exceptionnellement de vagues traces de ce qui a pu être stocké à l’origine. Cependant, elle laisse sous silence des points essentiels tels que la durée de vie d’un silo ou la durée maximale de l’enfouissement souterrain garantissant la conservation des propriétés alimentaires, sanitaires et germinatives de la denrée. L’expérimentation a pour objectif d’apporter des éléments de réponses à ces questions en suspens en les croisant à la fois aux données archéologiques, historiques et ethnologiques, aux savoir-faire de paysans en activité, ainsi qu’aux connaissances actuelles en matière de stockage des céréales.

Les premières observations issues des campagnes d’ensilage, menées depuis 2016, nous apprennent qu’à un même principe de conservation en terre, il existe une multitude de solutions techniques adaptées au terroir exploité, à la nature du substrat, au climat et à la sensibilité des participants à cette expérimentation. Nous cherchons d’abord à réussir le stockage sur une année avant de tester ce mode de conservation sur une plus longue durée. La réussite du processus sera effective lorsque la récupération du volume de grain au désilage sera consommable et avec le moins de perte possible.

Une première réussite relative d’ensilage d’engrain

L’enthousiasme suscité par le bel aspect de l’engrain de 2017 au désilage en 2018 dans les silos SI04.16 et SI05.17 laissent place à des interrogations. En effet de visu tout portait à croire que le grain était en parfait état de conservation, hormis une odeur de renfermé et une épaisseur de grains moisis contre les parois. Mais les analyses réalisées par nos collègues spécialistes des processus de stockage confiné nuancent quelque peu notre sentiment de réussite. Les premiers résultats attestent de la présence d’une importante teneur de moisissures et de mycotoxines sur les enveloppes des grains.

Parmi les points positifs on note que le paillage du fond et au sommet des stocks a eu un effet ralentisseur dans les transferts d’humidité. En effet, la hausse de l’humidité à l’intérieur du silo crée un obstacle essentiel dans ce type de conservation des céréales en favorisant la production de moisissures. L’apparition et le développement de ces dernières sont générées soit par des facteurs externes (infiltrations d’eau de pluie dans le stock, hausse trop importante de la température, …) soit par l’activité biologique propre au stock lui-même. Un de ces facteurs, voire la convergence de ceux-ci peut générer ainsi un milieu tiède et humide peu favorable à la conservation.
Ainsi il semblerait que seul un assèchement du sol ou un dispositif interne isolant (paille et/ou torchis) puisse enrayer le cycle de développement des moisissures. Autre information importante qui nécessitera un complément d’analyse, les moisissures se développent en particulier sur le germe du grain ce qui réduit considérablement sa capacité germinative. Les tests de laboratoire sont en cours, les résultats finaux seront présentés dans le prochain rapport d’activité.

Travaux réalisés

En 2018, nous avons entamé le creusement d’un sixième silo qui sera achevé et rempli l’an prochain (non figuré). Le travail sur l’évolution taphonomique du silo désaffecté (SI01.16) s’est poursuivi avec l’enregistrement du colmatage par érosion associé à un remplissage volontaire avec les déchets issus de l’aire de travail. Cette fosse-silo est laissée ouverte, protégée par une palette ajourée afin d’interférer le moins possible dans le processus de remplissage naturel. Deux silos sont remplis d’engrain produit en 2018. Le protocole de cette année est centré sur la protection du stock de grain contre l’humidité, premier facteur de développement des moisissures. Afin de protéger le grain, celui-ci est enfoui vêtu et protégé par une couche de paille tassée disposée au fond et contre les parois. Le dispositif est complété au niveau du goulot d’accès par un couvercle de bois surmonté de paille et de torchis de façon à isoler le grain de l’humidité. À la surface, nous évitons l’infiltration des eaux de pluie avec un dôme de torchis haut et large dont le diamètre est équivalent à celui au diamètre maximum de la chambre de stockage. Ces aménagements concernent deux silos (SI04.16 et SI05.17) et dans le silo SI03.16, un enduit de terre et de paille a été appliqué contre les parois. Les orages survenus à la fin de la campagne ont partiellement endommagé le chemisage nous contraignant à abandonner l’ensilage cette année.

Ensilage sur deux années

Le stock du silo SI02.16 enfouis en 2017 avec trois capteurs mesurant toutes les six heures les taux d’humidités, de CO? et la température sera ouvert l’an prochain afin d’évaluer l’état de conservation de l’engrain après deux ans.

Adaptation du calendrier des travaux

L’inondation du silo SI03.16 et préalablement le temps d’exécution et de séchage de l’enduit de terre que nous avions mal évalué nous conduit à envisager en 2019 une nouvelle organisation des travaux. Pour respecter le calendrier agricole l’ensilage se fera toujours à l’automne, mais nous réaliserons des travaux préparatoires en amont durant le printemps ou l’été pour limiter les conséquences d’imprévus. Il s’agira de prendre de l’avance en finalisant le creusement du silo SI06.18 et réparant l’enduit des parois du silo SI03.16. La campagne d’ensilage se déroulera comme cette année en trois phases : désilage, évaluation des facteurs de réussite et d’échec, ensilage en fonction des options de mises en œuvres les mieux adaptées.

Objectifs pour 2019 et 2020

Nous assurerons la rotation de critères techniques d’aménagement des parois et de la fermeture destinés à rendre étanche la chambre de stockage. Nous préparons avec l’aide de spécialistes la mise en œuvre d’un dispositif en vannerie associé à de la paille. Cet aménagement sera complémentaire à l’enduit terre paille que l’on souhaite faire dans un autre silo. Pour renseigner l’efficience de ce mode de stockage pour la conservation à long terme, nous continuerons d’échelonner les ouvertures à N+2ans, N+3 ans et N+4 ans. Enfin, pour la suite du programme triennal, nous continuerons à travailler avec du grain vêtu car envisager l’ensilage de grain nu ne sera pertinent que lorsque nous aurons bien compris ce qui se passe dans le stock au fil des mois et en fonction des différents aménagements que nous aurons mis en place.

Synthèse du programme. Réalisations, travaux optionnels entre 2016 et 2018 et projet au terme de la triennale (DAO C. Dominguez).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search