Principaux résultats de la campagne 2017

Textes et données issues du rapport de PCR 2017 (Habitats groupés / Villæ du haut Moyen Âge en Languedoc et Roussillon).

L’aire d’ensilage

À la fin de la campagne 2017, l’aire d’ensilage comporte cinq unités de stockage : les quatre silos crées en 2016 ainsi que le tout nouveau silo 05.17. La capacité de stockage est désormais amenée à 2159 litres.

Avec les premières observations taphonomiques, nous faisons le constat que les fosses des trois silos remplis de féveroles n’ont pas bougé pendant l’année écoulée. Les stocks de féveroles et les bouchons ont contribué de manière satisfaisante à isoler les structures permettant la stabilité des parois des chambres et des goulots. Ceci est une information plutôt positive dans l’optique d’une réutilisation régulière de certains silos (ce que nous avons déjà commencé à faire pour les silos 02.16 et 04.16) et celle d’un ensilage pluriannuel de certaines unités de stock. L’érosion des parois avec le temps n’est manifestement pas à craindre lorsque les silos sont pleins.

Les protections sommitales

Il est encore bien entendu difficile d’évaluer l’efficience des dômes en torchis qui recouvrent les silos car nous avons encore trop peu de recul. Les stocks des silos 02.16 et 04.16 et dans une moindre mesure du silo 03.16, ont été impactés par des phénomènes externes qui ont contribués a augmenté l’humidité ambiante à l’intérieur des structures. Ceci peut-il être en partie la conséquence d’une défaillance du système de protection de surface à base de dôme en torchis ? En préalable, on notera que l’humidité apportée par la couche sableuse et drainante de l’encaissant a constitué un paramètre constant d’un silo à l’autre, or l’état des féveroles était distinct dans chacune des unités de stock. C’est le signe que d’autres facteurs, ceux-ci différents d’une structure à l’autre, sont intervenus dans le processus. La principale variable de 2016 a été la nature des bouchons (et sinon le volume des féveroles).

Une piste est donnée par silo 02.16, qui présente le lot de féveroles le plus atteint par la pourriture. D’après les observations de terrain il a été endommagé par une infiltration d’eau qui a atteint le bouchage de paille et le dessus du stock par ruissellement le long de la paroi nord. Ce fait est dû à notre avis à une galerie de campagnol restée en périphérie du silo mais bien présente sous le dôme. Notez que les campagnols n’ont pas pu pénétrer au sein du goulot, ils l’ont contourné.

Ceci se comprend bien puisque les fibres de paille ont entravé leur circulation, ce qui n’est pas anodin quand on parle de stock de céréales. Cependant la masse de torchis n’a pas pu limiter l’impact de cette infiltration.

Est-ce dû au fait que le torchis se soit rétracté au séchage et qu’il y ait eu des interstices vides au contact avec la paroi ou que cet épiphénomène ait été trop important (ou étalé sur un laps de temps assez long) ce qui a réduit à néant la capacité du torchis à réguler cette humidité ?

Premiers enseignements sur les bouchages

Concernant le bouchage des goulots, il est important de trouver le juste milieu entre un matériau qui régule le taux hygrométrique du contenu du silo, par exemple ici le torchis, et l’apport d’eau nécessaire à la confection de ce dernier. Nous évaluons à 60 litres la quantité d’eau nécessaire à la confection de la masse de torchis utilisé pour le bouchon du silo 04.16. Celui-ci a des dimensions similaires aux autres silos, il est donc représentatif. Cette eau va migrer et se répartir dans les parois de terre autour du goulot d’une part, mais une partie va rejoindre la couche de paille (s’il y en a une) ou le sommet du stock. Il faut donc veiller à ne pas utiliser trop d’eau à la fois, afin que ce ne soit pas un facteur déclenchant du pourrissement des denrées ensilées. À cela il faut ajouter l’eau utilisée à la confection du dôme, bien que celle-ci aura une prédisposition à s’évaporer au contact de l’air environnant assez rapidement et ne percolera qu’en une bien moindre mesure. Par contre la mise en œuvre du dôme vient juste après celle du goulot, il est possible qu’il limite l’évacuation de l’humidité du torchis de s’évacuer par le haut.

En ce qui concerne la qualité du mélange nous avons évoqué les différentes composantes relatives à la fabrication d’un torchis. Le volume d’eau détermine l’état du mélange. Cet état va varier selon la charge de paille que les brins soient courts ou longs. La paille a tendance à assécher le mélange, et un mélange adéquat doit comporter assez de boue pour assurer la cohésion avec la paille.

Il est trop tôt pour évoquer la pertinence de telle ou telle mise en œuvre, mais sans nul doute il est important de varier la densité des différentes couches présentes au sein du goulot. Une couche de paille ou un mélange terre-paille allégé sera pertinent pour palier à un excédent d’humidité et/ou amoindrir une forte variation de température. A contrario, une couche de torchis lourd et gras, formée à partir d’une terre plastique convenablement fibrée sera importante pour assainir et réguler l’hygrométrie dans le goulot mais aussi servira de frein à l’intrusion de rongeurs. Il est important de signaler qu’il parait peu probable d’atteindre une étanchéité totale à l’eau, au mieux, et c’est ce qui fait le succès du torchis à travers les âges, nous pouvons réaliser une zone tampon qui régulera l’humidité.

Le désilage

L’année 2017 marque notre première expérience de récupération d’une production ayant séjourné dans le sous-sol. Elle est importante car, elle nous fournit, en sus des observations intrinsèques liées à l’état sanitaire du stock de féveroles, des éléments pour la mise en place d’une méthodologie à utiliser dans l’avenir et avec les céréales.

De la campagne 2017, nous tirons pour principal enseignement que le désilage constitue une étape énergivore en temps car elle additionne les opérations de retrait des protections et des bouchons, la récupération du stock avec ses observations, relevés, pesées, échantillonnages, ainsi que le conditionnement des produits réutilisables, l’évacuation des denrées gâtées hors du périmètre de l’aire d’ensilage (pour des questions sanitaires de contaminations des différents stocks), les échanges avec agriculteurs et spécialistes de la sécurité alimentaire et du stockage des céréales.

Un certain nombre d’observation a été fait sur chacun des trois silos à féveroles qui amènent quelques considérations d’ordre global. D’abord aucun des stocks en place n’a été récupéré dans le même état que lorsqu’ils ont été ensilés un an plus tôt. En effet, tous ont subi une évolution pendant les douze mois passés en terre. L’évolution se caractérise par un processus de pourrissement plus ou moins marqué selon les unités de stockage. La production du silo 02.16 est la plus atteinte par de fortes concentrations de moisissures, de levures et de bactéries, ceci dans toutes les parties de la chambre de stockage. Le stock est irrécupérable selon le producteur des féveroles. Il en va de même pour l’unité de stock du silo 04.16, qui bien que le pourrissement soit moins engagé que pour le silo 02.16, ne sera pas utilisée en tant qu’aliment (pas même pour les animaux) ni même probablement comme semence agricole (le test de germination sur les féveroles de ce silo viendra très probablement confirmer le diagnostic visuel).

Nous avons observé que les céréales présentes au sein des stocks de féveroles avaient beaucoup mieux résisté à l’humidité et sont restées apparemment saines dans les unités de stockage des silos 03.16 et 04.16. Il est possible que les légumineuses ne soient pas propices à une bonne conservation en milieux souterrain, en particulier celles de gros calibre qui laissent la place à beaucoup de vides entre elles, donc d’oxygène.

Objectifs pour 2018

Concernant le terrain, les objectifs sont les suivants :

  • Ensiler 3 m 3 de blé de la variété Petit Épeautre, avec le projet d’utiliser cette une seule et même variété plusieurs années (3 à 4 ans ?) afin d’optimiser les éléments de comparaison sur d’autres paramètres de l’ensilage.
  • Ouvrir tous les silos remplis en 2017 (observations, échantillonnages, etc).
  • Récupération des données enregistrées par les capteurs afin d’analyser avec les spécialistes l’évolution de la température, des taux d’humidité et de CO2 dans chaque partie de chaque silo.
  • Augmentation de la capacité d’ensilage avec le creusement d’au moins 2 silos supplémentaires et
  • l’agrandissement du silo 03.16. L’objectif étant d’obtenir une capacité d’ensilage à la hauteur (voire légèrement au-delà) du volume à stocker.
  • Si les premiers résultats de l’ensilage du blé 2017 donnent des résultats jugés satisfaisants, alors débutera l’ensilage d’un ou plusieurs silos sur la longue durée (entre 3 et 8 ans).
  • Au moins deux à trois silos seront utilisés pour un an (en gardant le système de bouchage qui aura été validé en 2017 et 2018) et aussi pour tester certaines pratiques attestées par l’archéologie ou l’ethnologie (le nettoyage par le feu…).
  • Réserver un, voire deux silos en attente pour 2019.
  • Observer l’évolution taphonomique du silo 01.16, laissé vide.
  • Débuter les enregistrements micromorphologiques sur un des silos sur lequel nous pratiquerons une succession de prélèvements afin d’observer divers phénomènes liés à la pratique de l’ensilage tels : l’altération du substrat causée par la germination, les traces laissées par les gestes de nettoyage des parois…L’approche sédimentaire sera bien sûr essentielle pour comprendre la dynamique de formations des strates dans lesquelles sont creusés les silos (particulièrement la dynamique hydrologique) et par conséquent de juger de la pertinence de maintenir ou pas l’ensilage dans ce secteur.
Tableau synoptique de l’état de l’ensilage 2017 : état des silos, travaux à réaliser en 2017. Dessin : J. Kotarba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search