Séminaire du 21 novembre 2014 – Toulouse

L’ensilage médiéval dans le sud de la France et la Catalogne : Bilans et perspectives

Résumés de quatre des cinq communications du
séminaire TERRAE
tenu à Toulouse, bibliothèque d’Etudes Méridionales
le 21 novembre 2014

Affiche

1.
Introduction à l’ensilage médiéval dans le sud de la France et la Catalogne,
bilans et perspectives

Carole Puig/Acter et Odile Maufras/Inrap

L’ensilage médiéval attise l’intérêt des chercheurs depuis de nombreuses années, et la découverte de vastes aires d’ensilages comptabilisant plusieurs centaines, voire milliers de silos, ouvre des perspectives nouvelles. Toutefois, bien que la documentation archéologique se multiplie, la nature, la fonction et le statut de ces sites nous échappent encore. Ce séminaire s’inscrit dans une réflexion déjà initiée en 2010 sous la direction de Rémi Carme/Hadès, Yann Henry/Hadès et Laurent Schneider/CNRS : L’ensilage groupé au Moyen Age : acquis, méthodes, perspectives.

Historiographie
L’ensilage en tant que sujet d’étude a connu un premier élan dans les années 1980 : une première publication de Michel Fixot sur les silos provençaux dresse déjà les premières pistes de réflexion alors qu’au même moment, le colloque sur la conservation des grains à long terme (Sigaut) dévoile la complexité technique de ces structures et leur importance économique. Dans cet ouvrage, l’article d’Henri Bresc sur la Sicile montre l’intérêt des sources écrites pour une meilleure appréhension de ces structures.
Au by Deal Top” href=”#”>cours de cette même décennie, les publications des aires d’ensilage de Lunel (Hérault) puis de Dassargues (Raynaud) ouvrent les pistes de réflexion que l’on emprunte encore. Pourtant, la partialité de la documentation est ici mise en évidence pour la première fois, aboutissant à la limite de la réflexion archéologique : malgré l’abondance des données, des informations essentielles nous manquent pour comprendre le site dans sa globalité.
En 1999, Jean-Paul Cazes, dans la lignée de l’école bonnassienne, mettait en relation la réapparition de l’ensilage en Lauragais au cours du Xe s. et l’histoire économique et sociale. La réutilisation de l’ensilage est une nouveauté technique qui correspond à un changement profond dans la société du lauragais du Xe siècle (Cazes).

Le phénomène languedocien des quartiers spécialisés dans l’ensilage, à centaines ou à milliers de silos, a été découvert dans les années 1990 à la faveur des grands décapages de l’archéologie préventive. Les premiers sites mis au jour ont fait l’objet de dégagements réduits ou de fouilles échantillonnées de manière drastique. En 2001, C. Pellecuer/SRA a réuni des médiévistes pour discuter de l’intérêt de fouiller ce type de vestiges et des méthodes à appliquer pour les exploiter tandis qu’en 2006 L. Schneider/CNRS publiait une brève synthèse soulignant l’originalité languedocienne et le caractère collectif de ces quartiers de stockage. Depuis, la pratique favorise le décapage extensif et la fouille de toutes les structures avec collecte systématique de mobiliers et réalisation régulière de prélèvements. Cette approche, pratiquée sur 4 aires d’ensilage entre 2012 et 2014 a renouvelé les connaissances sur leur organisation et la gestion des récoltes. Les travaux d’analyse des données de terrain sont en by Deal Top” href=”#”>cours au sein d’un PCR qui s’intéresse, outre à l’ensilage, à l’habitat et au terroir qui l’accueillent (Maufras/Inrap, dir.).
En Midi-Pyrénées les fouilles de l’Ourmède et R. Carmes/Hadès et Y Henry/Hadès montrent que le phénomène concerne plus largement le Midi de la France.

Problématique
L’ensilage médiéval est une problématique compliquée car le silo est presque toujours perçu dans sa phase d’abandon, le plus souvent très arasé. Ce qui conduit à une difficulté évidente de compréhension de la structure (gestion, chronologie, fonction) et, par conséquent, de l’aire d’ensilage (statut, organisation, chronologie). Malgré la masse d’informations accumulée, certains points restent opaques et seule la confrontation des données et des réflexions peut faire avancer la compréhension. Ce séminaire a donc pour objectif de rassembler la communauté des médiévistes pour présenter les découvertes récentes, multiplier les approches et ouvrir plus largement la réflexion sur ce thème.

2. Ensiler en plaine languedocienne au Moyen Âge : les grandes aires de stockage villageoises, Ve-XIIIe s.
Q. Guérin/Inrap, O. Maufras/Inrap, M. Rochette/Inrap, L. Tarrou/Inrap, E. Yebdri/Inrap.

Les vastes aires de stockage connues en Languedoc oriental – une quinzaine – se trouvent toujours, lorsque l’habitat est localisable, aux abords de celui-ci et d’un carrefour routier. Sur les sites fouillés où l’habitat est conservé, Missignac sur la commune d’Aimargues dans le Gard en particulier, on perçoit deux temps dans la formation de l’habitat et de l’aire. Entre la fin du Ve s. et les IXe-Xe s., les unités d’habitation et d’exploitation sont agglomérées en un point du terroir de manière lâche. L’ensilage se pratique alors au sein de l’unité, dans une dizaine à une quinzaine de structures. Lorsqu’à partir du IXe ou du Xe s. le regroupement des habitations se resserre autour de l’église, sur l’espace également concurrencé par le développement du cimetière, chacune ne dispose plus de la place nécessaire pour l’implantation des silos et ceux-ci sont rejetés à l’extérieur de l’habitat, contre celui-ci, sur un espace qui devient spécialisé. La position de l’aire d’ensilage et surtout la quantité des silos qu’elle accueille la signalent comme un aménagement collectif, même si les structures qu’elle abrite peuvent être, tout ou partie, la propriété ou l’usage de particuliers.
Les aires varient d’un village à l’autre, notamment par leur étendue et la densité de leurs structures. Les superficies restituables varient de 3 500 m2 pour la plus petite (Saint-Pastour à Vergèze dans le Gard) à 35 500 m2 (Missignac). Celle de la villa d’Aureilhan (Béziers, Hérault) dépasse certainement les 10 ha. La densité est en revanche inversement proportionnelle à la surface : sur l’aire la plus petite les silos sont creusés au nombre de 19 à l’are tandis qu’à Missignac ils ne sont que 9 en moyenne sur la même surface. Enfin, la capacité de stockage de chaque aire dépend de la contenance de chaque silo qui varie d’un site à l’autre. Elle n’a pas encore été calculée.
L’aire connait des divisions internes. Elle est répartie en parcelles et sur certains sites les parcelles sont elles-mêmes subdivisées en groupes de silos. On observe à Missignac que ces derniers ne sont pas homogènes et leurs différences suggèrent qu’ils répondent à des besoins distincts : chaque groupe est peut-être la propriété ou l’usage d’une famille qui gère sa récolte en toute indépendance. Peut-être chaque groupe est-il voué au contraire à un usage particulier : ici l’engrangement d’une année X, là d’une année Y ou bien ici le by Deal Top” href=”#”>stock d’une produit, là d’un autre. Sur certains sites ou sur une parcelle particulière d’un site on observe des densités spécifiques et des effets de contraintes spatiales qui suggèrent l’existence d’une interdiction de déborder d’un cadre. Ces parcelles règlementées sont peut-être celles du stockage collectif ou du stockage fiscal.
Sur la parcelle, la gestion des récoltes semble très structurée : les silos sont signalés, sans doute de manière différente selon qu’ils sont vides ou pleins ou selon ce qu’ils renferment. Ils sont aussi comblés différemment selon qu’ils sont abandonnés ou en attente d’un prochain by Deal Top” href=”#”>stock. Ils sont entretenus et réparés par des cloisonnements ou de l’enduit quand la consolidation des parois est nécessaire. La plupart des silos est en aire ouverte mais à Codols (Nîmes, Gard) certains semblent être sous abri ou dans un bâtiment.
Nombreuses questions restent ouvertes auxquelles l’archéologie tentera de répondre à l’avenir en dépit de ses limites propres. Ainsi les datations sont imprécises et l’on ignore si les vastes aires d’ensilage mises au jour ont fonctionné telles quelles à un moment donné ou si leur ampleur résulte du cumul d’aménagements successifs renouvelés avec un déplacement progressif. Nous ne savons pas non plus si chaque village avait son aire ou si certains villages ont accueilli des récoltes exogènes ; En revanche, sur plusieurs sites, la surface et la disposition du terroir sont connues, le cheptel est documenté par les études de faune et sur un site la démographie est renseignée, permettant de confronter les volumes de stockage au potentiel agraire du terroir, à la durée d’occupation du village et aux nombre de bras by Deal Top” href=”#”>disponibles.

3. L’ensilage médiéval roussillonnais, analyse conjointe des sources écrites et archéologiques (VIIe – XIVe s.)
Carole Puig/Acter

L’objectif de cette étude est de croiser les sources d’information sur un petit territoire, le Roussillon, suffisamment documenté aujourd’hui pour tenter l’expérience, notamment avec la découverte d’une vaste aire d’ensilage sur le site de Taxo-les Gavarettes (commune d’Argelès-sur-Mer). Il s’agit d’enrichir notre perception de l’ensilage médiéval archéologique avec l’apport des sources écrites. Celles-ci se composent de sources archivistiques, dans lesquelles l’ensilage est peu évoqué, mais aussi de données tirées d’écrits agronomiques. La chronologie abordée couvre un large Moyen Age, débordant aussi parfois sur l’époque moderne. Ces données se distinguent de l’archéologie car elles donnent une dimension sociale et économique à l’ensilage, domaines qui échappent totalement à l’archéologie du silo. Toutefois l’ensilage est rarement évoqué dans les sources écrites (communication R. Viader, 2010). En effet, c’est une structure sur laquelle ne pèse pas de droit, elle ne nécessite donc pas de codification écrite. En Roussillon, il n’apparaît pas dans les textes avant le XIIe siècle, puis les mentions se multiplient de manière très ponctuelle à mesure que l’on avance dans le temps, mais elles restent occasionnelles. Comme en Languedoc, les données les plus intéressantes surgissent à la fin du Moyen Age et dans le courant de l’époque moderne (Bourin à paraître). Le médiéviste est ainsi dans une situation paradoxale où le silo inonde la documentation archéologique, alors qu’il est presque transparent dans les sources écrites contemporaines. Approcher le silo à partir des sources écrites nous contraint donc à un anachronisme dont il faut avoir conscience. Dans un second temps, les ouvrages agronomiques apportent eux aussi un éclairage relatif. En effet, si les auteurs médiévaux occidentaux n’y font pas référence, les andalous (XIIe – XIVe) abordent le sujet avec plus de détails. L’étude de Lucie Bolens à ce propos est riche en enseignements. Elle insiste toutefois sur la nécessaire précaution à apporter à ces écrits, qui sont avant tout des sommes littéraires dans lesquelles il faut distinguer la part du témoignage et de la citation littéraire. Il en est de même pour les auteurs modernes. Le croisement des données nous permet d’aborder l’ensilage sur trois niveaux :

3.1. Le silo
Le silo se trouve à la plus petite échelle de réflexion, toutefois la connaissance des techniques d’ensilage est-elle épuisée malgré les nombreuses études sur cette question (Sigaut, Garcia …). Les typologies établies par les archéologues montrent que la forme et la taille du silo sont variables, renvoient-elles à une chronologie ? à une fonction (stockage de réserves, de semences de fourrage ?) ou encore à un statut (stockage paysan, seigneurial ?). Les aménagements, l’entretien de la structure, la durée du stockage ou la durée d’utilisation du silo restent des questions peu éclairées par l’archéologie, et parfois évoquées par les sources écrites.

3.2. Le contenu
La compréhension du silo réside aussi dans la fonction et statut du stock qu’il contient. Il s’agit soit :
– de réserve, à deux échelles de temps : pour les périodes de soudures (sur une année culturale), pour les périodes de disettes (sur plusieurs années),
– de semences, en Roussillon celle-ci semble distinguer dès le stockage de la réserve,
– de stockage commercial (surplus d’une production locale destiné à être exporté ? blé importé pour être redistribué à une échelle locale ? d’un site de transit ?)
Il en est de même pour le statut du grain : s’agit-il d’une réserve seigneuriale ou paysanne ? En reprenant la chaîne opératoire du blé depuis la moisson jusqu’à la mouture, il apparaît très nettement que le stockage familial est dissocié du stockage seigneurial.

3.3. L’aire d’ensilage
Ces vastes aires d’ensilages doivent être comprise à plusieurs niveaux :
– L’organisation intérieure qui répond à des contraintes chronologique et spatio-temporelles et qui nécessite de fait une parcellarisation, des regroupements de silos et des voies d’accès.
– Les silos se répartissent en aire de taille variable qu’il est nécessaire de distinguer. Trois types se distinguent, en fonction surtout du nombre de silos :
Des sites dont les silos se comptent en dizaines. La proximité d’un habitat favoriserait l’interprétation de sites à usage domestique, familial.
Dans un second temps, les aires d’ensilage d’une large centaine de structures, parfois liées à un habitat. Ces sites ont une coloration un peu plus tournée vers la production agricole, peut-être à l’échelle villageoise.
Enfin, les vastes aires d’ensilage du type de Taxo-Les Gavarettes de plusieurs centaines voire milliers de silos se distinguent nettement.
Il faudrait donc s’interroger pour voir si dans le maillage de très grandes aires d’ensilage, s’insère des sites « intercalaires » qui ne répondent visiblement pas aux mêmes besoins ou nécessités. De plus, dans le cas de Taxo, lorsqu’on le replace dans le contexte économique et politique des VIIIe – XIe siècle, on s’aperçoit que le site se trouve à quelques km au sud de l’évêché d’Elne, à l’ouest du port de Collioure et au nord de l’agglomération secondaire d’Ultréra. Dans le reste de la plaine roussillonnaise, Ruscino est le seul site d’importance qui connaît dans le courant du IXe siècle un important déclin. Il est difficile de ne pas considérer l’aire d’ensilage de Taxo au centre de ce canevas politique et économique qui permettrait peut-être d’expliquer la richesse et la particularité de ce site. Ainsi, le croisement de sources écrites et de l’archéologie permet d’enrichir le dossier, d’apporter quelques éléments de réponse, mais la confrontation de ces observations avec les découvertes languedocienne permettra sans aucun doute de repousser les limites de notre connaissance sur ce point.

4. Apports de l’archéobotanique à la restitution des pratiques de stockage en France médiévale méditerranéenne
Ros Jérôme (Postdoctorant, UMR7209 (CNRS/MNHN)

La découverte en France médiévale méditerranéenne d’aires d’ensilage de grande ampleur a conduit les archéologues à repenser leur mode de fonctionnement et leur rôle dans les sociétés passées. Si la forme de ces silos, leur densité ou le type de comblement enregistré restent des éléments essentiels à leur interprétation, on remarque que deux questions, pourtant majeures, restaient souvent peu abordables par une approche de terrain classique, à savoir : que stockait-on dans ces silos et de quelle(s) façon(s) ? La mise en place d’un protocole d’échantillonnage des carporestes dans plusieurs sites nous a offert l’opportunité de discuter de ces questions.
Dans un premier temps, cette communication a mis en exergue trois exemples de résidus d’ensilage primaire, provenant des sites de Lunel-Viel (Ruas 1990), de Chadalais (Ruas 2011) et du Château royal de Collioure (Ros 2013). L’étude de ces différents assemblages a mis en lumière certaines caractéristiques propres aux résidus d’ensilage primaire : forte densité des restes, bon état de conservation, faible fragmentation, maintien des connexions anatomiques, absence d’éléments détritiques (i.e. céramique, verre), etc. Les assemblages étudiés révèlent des pratiques de stockages diverses : stockage mixte de légumineuses (féverole/pois chiche), de céréales (orge vêtue/blé nu) et même de fourrage à la composition hétérogène (graminées, céréales, semences de plantes sauvages). Il s’agit cependant de cas rares, et le plus souvent isolés. Pour cette raison, nous avons présenté dans un deuxième temps différents assemblages provenant de comblements secondaires de silos, qui, s’ils n’apportent pas d’information sur l’ensilage proprement dit, fournissent une palette d’informations indispensable à la connaissance des sites. Nous avons ainsi présenté les cas de Dassargues (Ros 2009), Les Baguères (Ros 2013) et Les Gavarettes (Ros 2013). Pour ces trois sites, l’étude des comblements secondaires a permis d’aborder différentes questions : rejets de stockage aérien en silo, gammes de plantes consommées, activités domestiques, artisanat, terroirs exploités, etc.
Si les informations obtenues sont prometteuses pour l’interprétation de ces structures, des sites et pour la restitution des terroirs, on remarque toutefois l’absence d’échantillonnage systématique qui empêche aujourd’hui toute forme de synthèse à plus grande échelle.

Odile Maufras

https://cv.archives-ouvertes.fr/odile-maufras http://www.asm.cnrs.fr/perso/maufras-odile

More Posts


Auteur/autrice : Odile Maufras

https://cv.archives-ouvertes.fr/odile-maufras http://www.asm.cnrs.fr/perso/maufras-odile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search