Diffusion des résultats de la première approche carpologique

Communication au Séminaire d’archéobotanique de l’UMR AASPE, 26 mars 2019, MNHN, Paris 

L’équipe du PCR a officiellement été invitée à communiquer sur les premiers résultats de l’approche carpologique menée depuis 2017, lors du séminaire d’archéobotanique organisé par l’UMR 7209 (UMR 7209 Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnements) à Paris. La communication, co-signée par Ros J., Dominguez C., Yebdri E., Fleurat-Lessard F. et Savoie J.-M. et intitulée « Effet de l’ensilage souterrain sur la conservation des grains à long terme : approche archéologique et archéobotanique expérimentale » a permis de présenter les premiers apports de l’étude en cours.

Résumé de la communication :

Les vestiges carpologiques découverts dans les comblements de silos archéologiques permettent d’aborder, notamment par comparaison avec les observations ethnographiques publiées (Gast et Sigaut 1979, 1981), plusieurs questions essentielles à la compréhension de ces structures, qu’il s’agisse de comblements en position primaire (espèces et types de restes stockés, état de nettoyage avant stockage, caractère monospécifique ou mixte du stock, destination humaine ou animale) ou secondaire (existence de rejets de stockage aérien en silo, gammes de plantes consommées, activités domestiques, artisanat, terroirs exploités, etc.). La découverte en France médiévale méditerranéenne de grandes aires d’ensilage comptant parfois plus de 2 000 silos redynamise aujourd’hui les questionnements liés aux pratiques de l’ensilage, et invite à repenser le mode de fonctionnement et le rôle de ces structures dans les sociétés passées. 

    En ce sens, le Projet Collectif de Recherche « Expérimentation archéologique d’ensilage souterrain préindustriel » (dir. C. Dominguez, E. Yebdri, Inrap) mène actuellement une recherche archéologique et archéobotanique expérimentale dont les premières phases de terrain ont démarré en 2016, en collaboration avec le SRA Languedoc-Roussillon, l’Inrap et l’INRA de Perpignan. Ces recherches sont menées au moyen de deux approches : (1) une approché archéologique, par la multiplication des fouilles d’aires d’ensilage, et l’application de protocoles d’observations et de prélèvements précis et d’études carpologiques systématiques, et (2) une approche expérimentale, par la création ex nihilo d’une nouvelle aire d’ensilage fonctionnelle. L’enjeu global au terme de ce travail est d’éclairer la communauté des archéologues sur différentes questions: gestion et évolution des stocks végétaux, des structures, taphonomie de constitution des comblements. Les différents aspects étudiés concernent ainsi à la fois la construction, le fonctionnement, le réemploi et le processus d’abandon du silo. 

    Par l’approche archéobotanique expérimentale, la recherche menée consiste à documenter plusieurs questions : effet(s) du stockage en silo sur la préservation/la dégradation des restes ensilés, rôle du nettoyage des récoltes sur la qualité de la conservation des semences, rôle et avantages du stockage mixte, effet de l’humidité sur le stock, risques de préservation du stock lors d’un nettoyage du silo par le feu, etc. Ce projet est prévu sur le temps long (10 ans) et comprend un rapport d’activité annuel. Les premiers résultats obtenus sont encourageants : les stocks de féveroles ensilés en 2016, récupérés à l’automne 2017, présentent un mode de conversation qui n’est pas décrit dans la littérature ethnographique et permettent de repenser la manière d’interpréter les assemblages carpologiques rencontrés dans les comblements de silos archéologiques.

Illustration : Jérôme Ros, carpologue, réalisant un échantillonnage de grains d’engrain pour étude (septembre 2018).

Jérôme Ros

Jérôme Ros est docteur en archéobotanique, diplômé du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. Ses recherches visent à documenter l’évolution du patrimoine agro-alimentaire et des pratiques agricoles en Méditerranée nord-occidentale entre l’Antiquité et le Moyen Âge, par l’étude des vestiges botaniques (semences, charbons) identifiés en contexte archéologique. Ses recherches sont basées sur l’étude de sites archéologiques localisés en France méditerranéenne, en Espagne et au Maroc.

More Posts - Website


Auteur/autrice : Jérôme Ros

Jérôme Ros est docteur en archéobotanique, diplômé du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. Ses recherches visent à documenter l’évolution du patrimoine agro-alimentaire et des pratiques agricoles en Méditerranée nord-occidentale entre l’Antiquité et le Moyen Âge, par l’étude des vestiges botaniques (semences, charbons) identifiés en contexte archéologique. Ses recherches sont basées sur l’étude de sites archéologiques localisés en France méditerranéenne, en Espagne et au Maroc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.