Ensiler au Moyen Âge

Mis en avant

Ensiler au Moyen Âge
Étude du phénomène des grandes aires de stockage en silo du Midi médiéval

L’archéologie de ces dernières décennies, en particulier celle de ces dernières années, a mis en évidence dans le Midi européen, de vastes sites médiévaux dédiés au stockage des récoltes en silos. Leur étude est ingrate, les données relevant de fouilles coûteuses aux résultats riches mais très partiaux. La communication, lors du séminaire universitaire TERRAE de Toulouse du 21 novembre 2014, des résultats de quelques enquêtes archéologiques carpologiques et expérimentales en cours a mis en évidence la nécessité de confronter les sites en travaillant sur les séries d’aires d’ensilage et non plus seulement des séries de silos. De même, il a paru nécessaire de croiser les approches en systématisant les études des carpo-restes et en invitant les historiens à se pencher sur le phénomène de l’ensilage massif, probablement collectif, pratiqué aux portes des villages, principalement entre les IXe et XIIe s.

A l’issue du séminaire, les débats engagés ont été loin d’aboutir et il a paru utile de créer des opportunités d’échange. Les chercheurs étant dispersés géographiquement, ce blog peut constituer un premier lieu d’échange d’informations, d’idées, de questions. Rien ne valant les rencontres de travail (surtout quand les initiatrices du blog ne sont pas informaticiennes et mettent difficilement les mains dans le « moteur » du site), un colloque sur le thème de l’ensilage médiéval en pays de la Méditerranée nord-occidentale répondrait mieux à nos attentes. C’est ce que nous croyons, mais notre besoin est-il représentatif de la communauté des chercheurs travaillant sur ce thème ? Alors, nous vous posons la question :

Faut-il un colloque sur l’ensilage médiéval de l’arc méditerranéen du nord-ouest ?
A quelle échéance ?
Pour quels sujets en particulier ?

Le stockage médiéval en silo de l’Europe du Sud-Est n’a pas livré tous ses secrets, ni surtout toutes ses richesses. Son étude, pour peu qu’elle soit couplée avec celle du terroir, de l’habitat, de la population, etc. est susceptible de nourrir plusieurs champs de l’histoire économique et sociale. Où en êtes-vous, chercheurs, de vos attentes, de vos questionnements, de vos découvertes, de vos réponses ? Avez-vous des résultats, des méthodes d’investigation à partager ? Avez-vous des requêtes auprès de la communauté des archéologues et des historiens ?
Faites-le savoir …

Et vous pouvez aussi nous proposer des billets, des articles, des liens vers des sites utiles à notre propos. Nous alimenterons ainsi ce blog en espérant qu’il soit vivant et dynamise les recherches.
D’ores et déjà, nous mettons à disposition les résumés de quatre des cinq communications du séminaire du 21 novembre 2014 et sous peu nous mettrons en ligne une bibliographie que chacun pourra consulter ou amender.

23.03.2015
Carole Puig (Framespa, UMR5136, Acter)
Odile Maufras (TeSAM, UMR5140, Inrap)

L’ensilage dans le Midi de la France au Moyen Âge

L’Université de Provence consacrera le 20 mars prochain un séminaire sur l’ensilage médiéval en Provence et Occitanie Orientale. Le séminaire est organisé par l’Université, l’Inrap et Acter. Il fera état des travaux en cours : stratégies d’approche et avancées récentes.

Cela se passera à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, salle Georges Duby, de 10h à 18h.

Programme :

affiche-seminaire-2017-leger

Qui sommes-nous ?

Nous sommes un groupe d’archéologues médiévistes réunis depuis 2014 au sein d’un PCR intitulé :

« Habitas groupés / Villæ du haut Moyen Âge en Languedoc et en Roussillon »

Le PCR a pour objectif de fédérer les chercheurs médiévistes d’Occitanie orientale qui travaillent sur l’habitat groupé pour exploiter les données issues des fouilles récentes, programmées et surtout préventives, et transmettre la connaissance par une série de publications monographiques et thématiques. L’équipe est composée d’une vingtaine de chercheurs de l’Inrap, d’Acter, du SRA et du CNRS individuellement rattachés à différentes équipes de recherche : TeSAM de l’UMR 5140 de l’Université de Montpellier,  FRAMESPA de l’UMR 5136 de l’Université de Toulouse et l’UMR7209 du Museum National d’Histoire Naturelle.

 

Membres du PCR en 2016-2017

Agnès Bergeret, archéologue médiéviste, Inrap, Villeneuve-lès Béziers, France. UMR5140, ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, équipe TeSAM, Univ Paul-Valéry Montpellier, CNRS, MCC, F-34000 Montpellier, France  agnes.bergeret@inrap.fr

Marilyne Bovagne, archéologue gallo-romaniste, Inrap, Nîmes, France?             UMR5140, ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, équipe TeSAM, Univ Paul-Valéry Montpellier, CNRS, MCC, F-34000 Montpellier, France               marilyne.bovagne@inrap.fr

Hélène Breichner, archéologue médiéviste, SRA d’Occitanie, Montpellier, France. helene.breichner@culture.gouv.fr

Cécilia Cammas, micromorphologue, Inrap, Paris, France.            cecilia.cammas@inrap.fr

Frédéric Chandevau, archéologue médiéviste, spécialiste des objets en matière animale ; Inrap, Nîmes, France.                                                 frederic.chandevau@inrap.fr

Isabelle Commandré, archéologue médiéviste et moderniste, spécialiste du verre et de la céramique, Inrap, Villeneuve-lès-Béziers, France.                   isabelle.commandre@inrap.fr

Cécile Dominguez, archéologue, Inrap, Saint-Estève, France.          cecile.dominguez@inrap.fr

Isabel Figueiral, archéo-botaniste (antracologue et carpologue), Inrap, Montpellier, France.                                                                                                              isabel.figueiral-rowe@inrap.fr

Maxime Guillaume, archéologue gallo-romaniste et médiéviste, Inrap, Villeneuve-lès-Béziers, France.                                                                            maxime.guillaume@inrap.fr

Jérôme Kotarba, archéologue -romaniste et médiéviste, Inrap, Inrap, Saint-Estève, France.                                                                                                  jerome.kotarba@inrap.fr

Odile Maufras, archéologue médiéviste, Inrap, Nîmes, France.                           UMR5140, ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, équipe TeSAM, Univ Paul-Valéry Montpellier, CNRS, MCC, F-34000 Montpellier, France . odile.maufras@inrap.fr

Mathieu Ott, archéologue médiéviste, Inrap, Nîmes, France.                               UMR5140, ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, équipe TeSAM, Univ Paul-Valéry Montpellier, CNRS, MCC, F-34000 Montpellier, France.      mathieu.ott@inrap.fr

Hervé Pomarèdes, archéologue gallo-romaniste, Inrap, Villeneuve-lès-Béziers, France. UMR5140, ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, équipe TeSAM, Univ Paul-Valéry Montpellier, CNRS, MCC, F-34000 Montpellier, France herve.pomaredes@inrap.fr

Carole Puig, historienne, archéologue médiéviste, Acter, Perpignan, France. UMR5136, Framespa – France, Amériques, Espagne : sociétés, pouvoirs, acteurs, Université Jean-Jaurès Toulouse, France.                                                                                  c.puig@free.fr

Claude Raynaud, archéologue gallo-romaniste, CNRS, Montpellier, France.       UMR5140, ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, équipe TeSAM, Univ Paul-Valéry Montpellier, CNRS, MCC, F-34000 Montpellier, France  claude.raynaud@montp.cnrs.fr

Marie Rochette, archéologue médiéviste, Inrap, Nîmes, France.                         UMR5140, ASM – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, équipe TeSAM, Univ Paul-Valéry Montpellier, CNRS, MCC, F-34000 Montpellier, France  marie.rochette@inrap.fr

Jérôme ROS, carpologue. UMR7209, MNHN – Muséum National d’Histoire Naturelle, CNRS, Paris, France                                                                                 . ros.jerome@gmail.com

Liliane Tarrou, archéologue médiéviste, Inrap, Nîmes, France.          liliane.tarrou@inrap.fr

Benjamin Thomas, archéologue médiéviste, Inrap, Nîmes, France. benjamin.thomas@inrap.fr

Mathilde Tissot, archéologue médiéviste, Nîmes, France               mathilde.tissot26@orange.fr

Eric Yebdri, archéologue, Inrap, Villeneuve-lès-Béziers, France.                      eric.yebdri@inrap.fr

 

Les travaux du PCR s’ordonnent autour de thèmes d’étude de recherche qui ont en commun de nourrir la connaissance de l’habitat groupé du haut Moyen Âge : le village, alias la villa des textes médiévaux.

Outre les sujets sur la topographie de l’habitat groupé, l’architecture et la construction de la maison médiévale, la culture matérielle, l’économie et l’alimentation, deux thèmes relatifs à l’ensilage rassemblent la majeure partie des membres du groupe. Il s’agit d’une part de l’étude des grandes aires collectives d’ensilage piloté par Odile Maufras et Carole Puig, d’autre part un projet d’expérimentation de l’ensilage dirigé par Cécile Dominguez et eric Yebdri.

 

Premières données : relation de l’exercice 2016

  • La nature du terrain

Le terrain retenu pour l’expérimentation est en plaine littorale roussillonnaise, sur la commune d’Alénya, dans les Pyrénées-Orientales (région Occitanie). Il s’agit d’une partie de parcelle d’un domaine expérimental de l’INRA (parcelle 56F section AB du cadastre)[1]. Le secteur est en jachère et n’a pas été labouré depuis plusieurs années.

Afin de s’assurer que ce terrain était propice à l’ensilage, des sondages préalables ont été réalisés. D’abord en décembre 2015 par une série de tests jusqu’à 2 m de profondeur avec une tarière, puis en mars 2016 avec un sondage mécanique dans la zone pressentie, jusqu’à 1,25 m de profondeur. Il a été constaté une bonne cohésion des terres, et ce à partir de la surface.

3-fig-16-jpg

En surface et sur 0,40 m de profondeur, on croise un limon sableux brun grisâtre à compacité moyenne et de bonne cohésion. Au-dessous et jusqu’à 0,70 m de profondeur, le limon devient hétérogène avec des poches de limon et des nappes irrégulières de limon sableux, l’ensemble bien compact. La couche sous-jacente est à nouveau limoneuse et bien compacte. Plus bas, entre 1,05 et 1,15 m de profondeur se trouve une nappe de sable limoneux moyennement compact qui fait la transition entre la couche du-dessus et la nappe de sable meuble du dessous. Celle-ci descend à 1,25 m et constitue un point faible pour nos fosses. En cas de ruissellement dans les silos ou de circulation horizontale et souterraine de l’eau, les silos vides se saperont certainement au niveau de cette couche qui devra certainement être consolidée par un enduit ou un torchis. A partir de 1,25 m de profondeur et jusqu’à 2 m se trouve un limon très compact contenant en faible proportion du sable et des cailloutis qui ne minimisent en rien sa cohésion.

  • Les féveroles de 2016

Concernant la denrée ensilée, la disponibilité réduite de surplus de production certifié AB nous a conduits à acheter 608 kg de féveroles. Les pratiques modernes et la littérature sont explicites quand à l’emploie du silo pour les céréales, et plus rarement, sur la combinaison possible avec des légumineuses. Cette particularité semble pourtant se confirmer par certains assemblages carpologiques étudiés sur des sites archéologiques.

Très tôt dans l’élaboration du projet, nous avions envisagé d’ensiler des légumineuses en mélange avec une céréale. Lorsque le partenariat avec le CETAB a été finalisé durant le premier semestre 2016, pour attendre l’objectif de démarrer l’expérimentation à l’automne, nous avons dû nous adapter et acquérir le seul stock disponible qui rentrait dans notre budget ; des féveroles. Ce choix est cohérent scientifiquement car la féverole est cultivée au Moyen Âge en région, mais nous n’avons pas la preuve qu’elle était ensilée.

3-fig-17Culture des féveroles ensilées en 2016.

Les féveroles acquises auprès de Jacques Baboulène sont de semences cultivées selon le cahier des charges de l’Agriculture Biologique, c’est-à-dire sans engrais chimique ni pesticides. Il s’agit de féveroles d’automne (vica faba). Nous sommes allés les chercher chez l’agriculteur. Elles ont été transportées en sacs papier d’environ 35 kg chacun.

Les féveroles étaient sèches à environ 90 %. Elles avaient été décortiquées mais n’ont pas subi de séchage après récolte, la sécheresse de 2016 ayant conduit au bon état hygrométrique. Elles ont aussi été sommairement triées, d’où la présence, dans le lot,  de quelques cosses, d’un peu de paille, de certaines plantes adventices (chardon, renouée, etc) et de grains d’autres plantes : blé et petit épeautre.

  • L’outillage

L’outillage utilisé a d’abord été celui en usage sur les chantiers archéologiques : pioches, piochons, pelles, pellettes et truelles. L’étroitesse et la hauteur du goulot sommital des silos a rapidement conduit à abandonner les outils emmanchés au profit de la barre à mine et de pellettes sans manche.

41 81a

Des planches ou des madriers disposés autour de l’orifice pendant le creusement des fosses ont servi à en protégé les bords. De même,, une échelle étroite permettant de sortir du silo sans prendre appuis sur les bords fragiles des fosses a aussi été régulièrement employée.

Pour la mesure du poids et du volume des légumineuses stockées dans chaque silo, une balance pèse-personne et des seaux de 20 litres ont été utilisés. Pour remplir les silos, nous avons fait usage de seaux et de coufins de paille.

174

L’ensilage « 2016 » : creusement, remplissage et fermeture des silos

 

Ce chapitre fait état des grandes étapes de cette première année d’expérimentation.

  1. Chronique générale

Cette première campagne s’est déroulée sur une dizaine de jours, du 5 au 9 Septembre et du 12 au 16 Septembre. Dans l’ensemble, la météo a été plutôt clémente lors des travaux qui se sont déroulés sous un grand soleil et une chaleur très intense. Seul bémol, des précipitations dans la nuit du Mardi 13 au Mercredi 14 Septembre et pendant cette même journée, nous ont obligé à remettre l’opération d’ensilage du troisième silo (SI04.16) au 21 Septembre, après séchage de l’humidité accumulée.

Au total 8 personnes ont participé à l’ouverture des silos, auxquelles se rajoute un collègue spécialiste de la terre crue qui est intervenu une journée afin d’élaborer les torchis pour les bouchages des silos.

La première semaine a été dévolue aux creusements de trois silos. Le quatrième silo a été creusé à cheval sur les deux semaines. Cette répartition des travaux a permis de ménager un délai de plusieurs jours entre la fin des creusements et la mise en terre des féveroles, précaution prévue afin de permettre un séchage relatif des parois et du fond des silos. Nous avons pris conscience au fur et à mesure des creusements que cette précaution  n’était pas vraiment nécessaire en cette fin d’été de sècheresse 2016, où l’absence de précipitations s’est fait sentir dans le Roussillon depuis début Juin. En effet, lors des creusements des silos, nous avons constaté la dessiccation des sédiments du sous-sol sur environ 1,30 m de profondeur (profondeur maximum du silo SI01.16). L’encaissant était extrêmement compacts en raison de la longue absence de pluie pendant la saison estivale. La séquence supérieure, du limon sableux, a particulièrement été pénible à creuser (les 60 à 80 premiers cm.), à la fois par sa grande compacité coïncidant avec la partie la plus étroite du silo : le goulot. En revanche, vers un mètre de profondeur, les limons sableux ont fait place à des sables gravillonneux, nettement plus meuble, ce qui par conséquent a diminué la pénibilité du travail de creusement.

  1. Creusement des silos

Avant de commencer les creusements, nous avons dessiné la section d’un modèle de fosse d’une contenance de 0,3 m3 destiné à nous guider sur le terrain, tant pour les dimensions à atteindre (diamètre et profondeur) que sur le choix du profil. Ce gabarit, recalé dans la stratigraphie de l’encaissant, nous a permis de prévoir un goulot assez profond pour percer la terre arable et la dépasser d’au moins 0,20 m de sorte à assurer la longévité du goulot et éviter la zone de circulation des campagnols. Il nous a aussi permis de prévoir l’interruption du creusement au-delà de la couche de sable pour que le fond soit posé sur un terrain compact et résistant.

figA

À titre d’exemple, le silo SI03.16 d’un volume utile de 369 litres, nous a demandé dix heures de terrassement effectives et quatre heures pour la mise en place du paillage, des féveroles et la réalisation du bouchage, soit 14 heures de travail réparties sur 2 journées. Ce temps prend en compte celui passé à compiler le récit de l’expérience, le relevé de la structure et il a été allongé par nos hésitations, assez nombreuses le premier jour.

  • Implantation et identification

Les silos ont été implantés dans la moitié nord de la parcelle, à l’est, à environ 5 mètres de la haie d’arbres qui matérialise la limite orientale du terrain. Ils ont été alignés selon un axe nord-sud et distants de 3 mètres de centre à centre. En préalable aux creusements, un traçage au sol a été effectué de manière précise, afin de respecter les distances entre chaque silo et le diamètre d’ouverture préétabli, à savoir 0,60 m de diamètre.

33b 42c

Chaque silo est numéroté de 1 à 4. La codification adoptée prend en compte le code habituel pour enregistrer un silo : « SI », suivi d’un numéro de 1 à n séparé d’un point avec l’année de création : « .16 » pour l’année 2016, à savoir : SI01.16 (le plus au sud), SI02.16, SI03.16, SI04.16 (le plus au nord).

  • Creusement des goulots

La profondeur des goulots a été arrêtée à 0,60 m sous le sol actuel (à un ou deux centimètres près). Cette profondeur correspond à des exemples connus de silos bien conservés sur plusieurs sites médiévaux Languedociens et Roussillonnais[2]. Elle permet de dépasser l’épaisseur de terre végétale et des labours jugée moyennement stable.

Le diamètre choisi (0,60 m) peut paraître un peu trop large par apport à certaines données de fouille qui montrent, lorsqu’ils sont bien conservés, des goulots autour de 0,50 m de diamètre, parfois moins, jusqu’à 0,30 m. Le choix d’un diamètre assez large avait l’avantage, pour cette première année, de permettre une certaine marge de manœuvre lors du creusement des goulots. Nous avons pu rapidement apprécier la pertinence de ce choix au regard de la difficulté du travail dans des espaces aussi exigus.

Globalement pour les quatre structures, les trente premiers centimètres ont été creusés de manière classique à la pioche, avec une évacuation des déblais à la pelle. Au delà de cette profondeur, les outils à manche longs ont commencé à être peu pratiques. Leur remplacement par des piochons, des houes à manche courts puis des barres à mine a augmenté l’efficacité du travail.

3-fig-20 3-fig-21

 

L’évacuation s’est faite à l’aide de pelles à main ou bien de fond de bouteille en plastic. L’idée de faire fabriquer de petits contenant en bois ou en métal à été émise afin d’être cohérent avec les outils anciens. Éventuellement en leur donnant la forme des pelles-curettes utilisées par les ouvriers qui creusent les trous de poteaux téléphoniques et électriques. Ce sont des pelles emmanchées perpendiculairement a plan de ramassage des déblais pour pouvoir être actionnées verticalement. Il n’y a là aucune prétention à identifier un outil médiéval, mais bien un outil adapté au besoin.

3-fig-22

  • Creusement des chambres de stockage

Le choix du profil des chambres de stockage des silos n’a pas été défini de manière stricte au préalable du creusement. C’est plutôt la capacité de contenance de ceux-ci qui a été privilégiée cette année, avec un objectif d’environ 0,3 m3 par structure, permettant ainsi l’ensilage de trois silos en rapport avec la quantité de matière à notre disposition (près d’un 1 m3 de féveroles). Dans les faits, et de manière empirique, passé l’étape de creusement du goulot, les parois ont progressivement été sapées pour former in fine des profils en tronc de cône plus ou moins réguliers, irrégularités dues à l’érosion partielle d’une strate gravillonneuse du sous-sol (US 1003) et d’une autre, sableuse, plus profonde (US1005) mais aussi au choix des terrassiers.

3-fig-24

Le gabarit de creusement imprimé à l’échelle ½ et affiché sur le terrain nous a permis de vérifier à des profondeurs régulières le diamètre de creusement afin de rester au plus près de notre objectif initial. Concernant les profils, seul le silo SI01.16 présente, par choix des terrassières, un profil nettement plus globulaire (l’élargissement sous le goulot facilitant la position de l’ouvrier). De plus, en ayant procédé de façon plus intuitive, ce silo à dépassé le volume prévu en atteignant le demi mètre cube.

La stratégie de creusement a été laissée à la discrétion des terrassier)s. Deux attitudes ont été adoptées. Pour les SI01.16, SI02.16 et SI03.16, à la base du goulot il a été opéré un élargissement progressif du creusement donnant la forme de la chambre au fur et à mesure de sa réalisation. Pour le silo SI03.16, le percement a été conduit verticalement sur 0,60 m de diamètre jusqu’au fond de la structure (1,10 m de profondeur) avant de procéder à son élargissement dans la partie inférieure pour former la chambre. Ensuite le fond a été rectifié et abaissé à 1,15 m de profondeur.

Concernant la quantification des déblais, les terres extraites ont été mesurées intégralement lors du creusement du silo SI03.16. Il a été comptabilisé 64 seaux de 10 litres d’une terre peu foisonnée[3]. Sur l’ensemble des fosses, un tiers des terres ont été évacuées et le reste a été stocké aux abords des silos. Ce stock de sédiment a permis de confectionner les différents torchis pour les bouchons et les dômes des silos.

 

  1. Préparation de la chambre de stockage
  • Le séchage des parois

Nous avons postulé qu’il est préférable de déposer le grain dans une cavité aux parois sèches plutôt qu’humide, afin que les grains secs ne se gorgent pas de trop d’humidité dans les heures qui suivent l’ensilage afin qu’ils ne germent pas sur une trop grande épaisseur. Le séchage par le feu avait été envisagé mais il a finalement été abandonné à cause du risque d’incendie. De plus, lors de l’excavation des silos nous avons remarqué, après un été de sècheresse, le peu d’humidité contenu dans le sous-sol, ceci jusqu’à 1,20 m/1,30 m de profondeur. Il a été tout de même décidé de laisser sécher – plutôt s’aérer- les parois plusieurs jours à l’air libre (environs 4 jours pour chaque silo) avant la phase d’ensilage. Ceci a été fait pour les silos SI02.16 et SI03.16 même s’ils ont été ensilés la veille de la journée de pluie du mercredi 14 septembre. En revanche, le silo SI04.16 dont le creusement était prêt, n’a été ensilé qu’une semaine plus tard le mercredi 21 septembre, afin de laisser sécher l’humidité du sol après les averses. Son taux d’humidité était plus important que celi des autres structures au moment de l’enfouissement.

  • Le traitement des parois

Les parois des trois silos n’ont pas fait l’objet de préparation particulière après leur creusement. Ce critère technique fait partie intégrante des questionnements soulevés par cette expérimentation (chemisage, revêtement en argile crue,…). Il sera abordé lors des prochaines années.

  • Le paillage des fonds

Les fonds des trois silos qui ont été remplis ont fait l’objet d’un dépôt d’un lit de paille qui a pour but d’éviter le contact direct des féveroles avec l’humidité du sous-sol. Pour les trois silos, le tapis de paille, bien tassé aux pieds, représente une épaisseur variant entre 10 et 12 cm. Nous avons constaté que le tassement à la main est plus fin. Il permet de mieux répartir les brins de paille et de les plaquer contre les parois.

3-fig-25

 

  1. Remplissage du silo avec les féveroles

Concernant la nature de la denrée ensilée, toutes les informations sont consignées dans une « fiche denrée » élaborée pour cette expérimentation. Précisons que le mode de production et de récolte biologique nous a conduits à observer à la réception de la commande que parmi les 15 sacs de féveroles, 3 sacs contenaient des produits mélangés : féveroles avec des céréales notamment[4]. Ainsi, nous avons choisi de remplir un silo de féveroles triées, un autre avec les féveroles mélangées et le troisième avec le restant des deux sortes de sacs soit environ 3/4 de féveroles triée et ¼ de féveroles en mélange. De plus, il a été décidé au préalable que trois des silos seulement seraient remplis de grains (les silos : SI02.16, SI03.16 et SI04.16). Le quatrième silo, SI01.16, a  été laissé vide. Il a vocation à témoigner du rythme de la dégradation de la fosse lorsqu’elle est laissée en attente de stockage une à plusieurs années.

121

Préalablement au remplissage de la chambre de stockage, l’ensemble du stock a fait l’objet d’un épandage au sol pendant deux heures, afin de disperser les bruches des fêves (bruchus rufimanus), insectes de la famille des chrysomelidæ, dont les larves se développent à l’intérieur des graines de fèveroles les rendant inaptes à la consommation[5] (figure de la couverture). Puis, les mesures ont été prises, par silo du poids et du volume ensilé dans chacun.  Les féveroles ont ensuite été déversées dans les fosses avec des paniers. Régulièrement, la surface des féveroles en terre a été nivelée au pied.

136c

 

3-fig-27Le volume de féveroles ensilées en 2016 représente 743 litres, soit 588,9 kg, mais il y a une marge d’incertitude due à notre matériel de pesée peu adéquat[6]. Nous comptons améliorer le protocole de mesure l’an prochain avec une balance plus adaptée dont le modèle reste à déterminer[7]. L’intérêt est de pouvoir décrire précisément ce qui est mis en terre et de pouvoir le comparer à la matière extraite, et consommable, après ensilage.

Répartition des grains par silo :

– SI02.16 : volume des grains ensilés : 228 litres (19 seaux) ; poids des grains ensilés : 180,5 kg

– SI03.16 : volume des grains ensilés : 360 litres (30 seaux) ; poids des grains ensilés : 285 kg

– SI04.16 : volume des grains ensilés : 192 litres (16 seaux) ; poids des grains ensilés : 152 kg[8]

figA

Notons enfin, la difficulté rencontrée cette année quand à l’estimation du volume à acheter en fonction du volume des silos prévus. Pour rappel, nous souhaitions débuter de façon modeste tant sur le nombre que sur les dimensions des fosses, afin de respecter notre budget et de ne pas se mettre en échec lors des creusements. Il est rapidement apparu que 3 silos de 0,3 m3 chacun serait un objectif raisonnable, d’où la commande de 1 m3 de denrée comprenant une petite marge de sécurité. Mais les producteurs ont davantage l’habitude de livrer des tonnes que des volumes, surtout aussi réduits. Sur le terrain, au moment de pesé le stock acheté, nous avons constaté comme énoncé précédemment que le poids total était de 588 kg, soit 743 l, ce qui était clairement insuffisants pour remplir les trois fosses déjà préparées mesurant respectivement 220 (SI02.16), 450 (SI03.16) et 290 litres (SI04.16) (total des volumes préparés : 650 l, fig. 28). Dans l’urgence, pour palier au manque de 93 l de denrée, nous avons décidé de rehausser le fond du silo SI04.16 pour réduite la chambre de stockage. Fort de cette expérience, il est probable qu’à l’avenir nous procédions un peu différemment. Ceci étant, il n’est pas exclu que dans le passé aussi les paysans aient du faire fasse à une différence entre la production et les volumes des silos préparés et que la solution de la réduction des chambres aient été adopté. Ont été observés aussi de tous petits silos qui ont pu accueillir une fin de production (à Aimargues notamment).

 

  1. Réalisation du dispositif de fermeture

Le dispositif de fermeture favorise la mise en confinement du stock. Il se compose de deux parties : un aménagement enfoui dans le goulot d’accès, complété par une couverture en surface. L’une et l’autre sont destinées à protéger le silo. Nous imaginons que, de surcroît, la seconde pouvait, au Moyen Âge, le signaler, voire signaler, par sa forme, si le silo est vide ou plein, la nature de ce qui le remplit et depuis combien de temps.

  • Le bouchage du goulot

Pour cette première année, ce critère a fait l’objet d’une attention toute particulière. L’archéologie n’amène pas de renseignement précis sur la ou les techniques de colmatage des goulots car ils ne sont jamais conservés en place. Les travaux de François Sigaut mettent en évidence de nombreuses observations indiquant une recherche d’étanchéité. Celle-ci semble s’obtenir la plupart du temps à l’aide de paille, de terre foulée, ou bien par la confection de torchis mais sans plus de précision sur les techniques mise en jeu : la paille[9] servirait-elle à boucher le goulot et le torchis utilisé comme scellement en surface ? Ou bien ce dernier doit-il être incorporé dans le goulot ? En l’absence de certitude sur cette question, nous avons fait le choix cette année de confectionner deux dispositifs différents :

– Les goulots des silos SI02.16 et SI03.16 ont été colmatés en partie avec de la paille tassée et en partie avec du torchis. Le premier contient moitié-moitié de la paille puis du torchis, alors que dans le second, nous avons choisi de mettre 1/5e de paille surmontée de 4/5e de torchis. Ceci pour évaluer quel élément entre la paille et le torchis est le plus adéquat pour l’ensilage.

178b194

– Le goulot du silo SI04.16 a été colmaté avec une épaisse couche de terre sèche tassée couverte par un niveau de terre humide tassée[10].

  • Couverture en surface et signalisation

Les silos SI02.16, SI03.16 et SI04.16 ont fait l’objet d’une protection de surface de même type, à savoir un dôme en torchis[11]. Ces dômes ont pour but à la fois de protéger la surface du silo et de chasser les eaux de pluie en périphérie afin qu’elles ne s’infiltrent pas en suivant les parois des goulots.

3-fig-30

Le silo SI01.16, laissé vide, a fait l’objet d’une fermeture avec deux planches vernies disposées dans un creusement d’encastrement à la surface de la structure (12 cm de profondeur) et placées en bâtière peu inclinée afin d’évacuer les eaux de ruissellement sur les côtés. Un joint d’étanchéité a été réalisé au niveau du « faitage » et sur toutes les bordures avec de la terre humide, puis un dôme de terre sèche protégeant l’ensemble du dispositif a été rajouté avec le sédiment issu du creusement de ce silo (environ 2 m de diamètre et 0,60 m de hauteur). Pour contenir ces terres, un cercle de blocs calcaires a été installé à la périphérie.

3-fig-31289a

L’enregistrement des étapes de travail et des aménagements

Pendant toute la durée du chantier, les différentes étapes ont été décrites (prises de notes sur des cahiers) et photographiées. Deux coupes perpendiculaires par silo ont été dessinées à l’échelle 1/10ème ainsi que le plan du creusement et du dispositif de fermeture.110a 117

L’implantation générale et particulière des silos a été relevée par un topographe afin de recaler le « site » sur le fond de plan cadastral.

Trois fichiers ont été ouverts pour enregistrer les silos, les denrées et l’ensilage. Ils sont actuellement sous un format texte qui évoluera certainement l’an prochain. Lorsque nous maitriserons mieux les données utiles à croisées nous basculerons ces fichiers sur une ou des bases de données. Font exception les photographies qui sont déjà enregistrées sur une base de données.

  • Gestes, temps et ressentis

Lors de la préparation, nous avons convenu que notre façon habituelle d’enregistrer les US et les Faits n’étaient pas adaptée  dans le cadre de cette expérimentation. Nous avons opté sur le terrain pour une prise de note individuelle de chaque membre de l’équipe concernant le silo dont il avait la charge, avec des précisions sur :

–  le choix des outils, leur adaptation, le processus du creusement,

– le volume de terre extrait et le temps dévolu au percement,

– le poids et le volume en litre des féveroles ensilées,

– les ressentis concernant la spécificité de ce travail.

55 80d

Cette démarche vise à pallier au manque d’informations précises et concrètes sur l’étape de creusement dans les rares publications d’expérimentation d’ensilage. Il nous importe de comprendre l’ensilage sous sont aspect sociétal et économique et pour cela nous souhaitons pouvoir estimer la charge de travail que représente la création et l’entretien d’un silo, a fortiori ceux d’une aire d’ensilage.

126

 

  • Relevés en coupe et en plan : enregistrement de l’évolution de la structure

Les sections rendent compte des profils de creusement, des remplissages, des bouchons et des aménagements de surface. Chaque silo a été relevé en coupe selon deux axes perpendiculaires à l’échelle 1/10è pour plus de précision. Sur l’une de ces deux coupes, ont été reporté au fur et à mesure de leur mise en place : l’aménagement du fond (épaisseur de paille ou de sable), le stock de féverole, le bouchon enfouis (en distinguant les différents matériaux utilisés) et l’aménagement de surface. Les dessins en plan témoignent du diamètre des creusements et sur un autre relevé des aménagements de surface[12].

Ces profils seront relevés chaque fois que le silo est ouvert et serviront, par confrontation, à observer la nature et le rythme des dégradations. Notre procédé n’est cependant pas encore au point : si les dégradations sont ténues, elles échapperont à un report sur un dessin au 1/10e. Si elles ne sont pas dans l’un des deux axes de coupe aussi. Nous envisageons donc de mettre rapidement en place un enregistrement photogrammétrique, pour autant que la forme et la taille des silos le permette.

Deux cas de figure se présenteront dès 2017 : l’observation de la dégradation d’un silo vide et bouché au bout d’un an et cette d’un silo plein et hermétiquement clos. Pour les deux il s’agira d’observer les éventuels processus de dégradation du tertre de terre, des planches, du goulot et des parois. A priori le silo vide est le plus fragile, en particulier au niveau de la couche sableuse qui risque de drainer les eaux de ruissellement tandis que l’espace vide peut faire un effet de soutirage. La question est de savoir à quelle vitesse se dégrade un silo et quelle forme prend l’érosion.

Sur les silos pleins, après vidange de leur stock  nous pratiquerons une succession de prélèvements afin d’observer l’altération du substrat causée par la germination. Après le grattage de la chambre de stockage pour la nettoyer (si nécessaire), un nouvel échantillon documentera les traces laissées par ce geste, et éventuellement aussi, un troisième consécutif à l’assainissement du silo par le feu. Ces échantillons seront destinés à une étude micromorphologique pour créer un référentiel permettant des comparaisons avec de futurs prélèvements archéologiques. Dans un second temps, nous complèterons cette démarche sur les silos abandonnés colmatés naturellement par érosion des parois. Les problématiques précises et le protocole resteront à mettre en œuvre avec les spécialistes de la discipline dans une prochaine campagne.

  • Une large couverture photographique

Lors des deux semaines de travaux, il a été effectué plus de 300 clichés qui ont consigné à la fois les différentes étapes de l’expérimentation ainsi que l’ambiance globale du chantier. Cette couverture s’est aussi bien focalisée sur les gestes lors du creusement, que ceux lors de l’ensilage, en relation bien entendu avec les outils usités. Ces photos ont été inventoriées dans la base de données Syslat. Le fichier peut être exporté à tout moment sur un autre logiciel de type tableur ou base de données.

 

  • Mesure de l’évolution du stock in situ

Il s’agit de premières tentatives peu couteuses et techniquement simples destinées à documenter ce qui se passe dans le silo lorsqu’il est rempli.

– Lors de l’ensilage de deux silos, SI02.16 et SI03.16, nous avons placé à des repères dans la chambre, à l’intérieur de la masse des féveroles, avec pour objectif de percevoir lors de l’ouverture des silos, d’éventuels phénomènes de tassement. Il s’agit d’étiquettes blanches en plastique imputrescible de 3 cm sur 5 cm déposées à différentes hauteurs. Leurs positionnements précis a été reportés sur la section afin de comparer leur position au moment du « désensilage ».

3-fig-25

– SI02.16 : 1er repère à -0,86 m et le 2ème repère à -1,11 m (mesures prise à partir de l’axe de relevé).

– SI03.16 : 1er repère à -1,09 m et le 2ème repère à -1,25 m.

 

– L’évolution de la température et de l’humidité est relevée quotidiennement dans un silo (SI04.16,) depuis le moment de l’enfouissement jusqu’au moment de la réouverture. Les deux mesures se font par un même capteur[13] et deux capteurs ont été mis dans le silo. Ils ont été disposés dans la masse des féveroles, à -1,03 m sous l’axe de coupe. Le premier au centre du stock, et le second à deux centimètres de la paroi au nord. Ainsi nous pourront observer les différence entre la partie du stock qui germe et celle qui se conserve.

3-fig-32

Ces capteurs enregistrent la température et le taux d’humidité régulièrement, à un rythme que nous avons programmé (plusieurs fois par jours). Les données sont stockées à l’intérieur et sont récupérées au moment où l’on ouvre le silo. La durée de l’enregistrement dépend de la fréquence des mesures. Telle que nous l’avons programmée, les piles des capteurs peuvent durer environ 18 mois. Ces capteurs dont d’un modèle à prise directe : il a fallu les plonger dans le dépôt et de ce fait les isoler par un petit boitier qui faussera peut-être quelques peu les taux obtenus, voire même atténuera les variations. Nous remédierons l’an prochain à ce problème avec les 6 capteurs que nous avons acquis en fin d’année 2016. Ceux-ci fonctionnent avec une sonde qui sera enfouies dans le silo tandis que l’appareil restera en dehors, sous abri. Ces capteurs ont des piles d’une durée de 1 à 3 ans selon la fréquence des mesures, mais les piles pourront être changées à tout moment.

Le but recherché est d’entrevoir sur la longue durée de l’ensilage, la stabilité ou la variabilité du milieu confiné selon la phase de son évolution (au moment de l’ensilage, pendant la germination) et l’évolution des conditions climatiques extérieures. Les courbes obtenues pourront être comparées aux données météorologiques enregistrées au sein de l’unité INRA d’Alénya pendant la durée de l’ensilage.

– Nous envisageons de développer l’enregistrement de l’évolution du milieu confiné en recherchant des appareils de mesure de l’oxygène adaptés à l’expérimentation. Nous n’avons trouvé dans le commerce spécialisé que des appareils de mesure du CO2 inutilisables pour notre objectif puisqu’ils ne disposent pas de sonde et qu’ils doivent être placés dans un espace vide.

  • Evaluation des techniques d’ensilage et de la qualité des denrées

À l’ouverture des trois silos qui ont été remplis de féveroles, en 2017 ou plus tard, outre l’état des silos, nous nous attacherons a constater l’état du bouchage et du stock : dégradation de la paille, érosion ou tassement du buchage en torchis et en terre. Nous pourrons ainsi :

– noter le temps d’ouverture d’un silo, variable selon son type bouchage.

– Juger de la solidité des aménagements de surface.

– Observer les différences d’évolution des goulots en fonction du dispositif de bouchage et de couverture.

– Relever le niveau supérieur du stock de féverole et les cotes des repères placés dans les silos SI02.16 et SI03.16 afin de confirmer ou d’infirmer un tassement de la denrée par dégradation.

– Evaluer l’état sanitaire des graines de féverole : plutôt correct ou bien présence de moisissures, fortes odeurs de pourrissement de la denrée, présence de ravageurs…

– Quantifier la part de graines gâtées et la part de graines encore saines.

– Observer et décrire précisément la présence (ou non) de germination au contact des parois (densité selon les zones de la chambre, épaisseur…).

 

  • Analyses pratiquée sur la denrée ensilée

Les analyses pour 2016/2017 vont se limiter à un test de germination pratiqué en plein champs (en octobre 2017) par l’agriculteur qui a produit les féveroles. Deux échantillons seront replantés. Le premier sera extrait du stock de féveroles récoltées en 2016 conservé par l’agriculteur selon ses conditions de conservation habituelles[14]. Le second proviendra de la même récolte mais aura été conservé dans un de nos silos. Ainsi nous pourrons constater une éventuelle différence dans la qualité du grain en fonction du mode de stockage. Y aura-t-il une différence de temps à la levée, de qualité des pousses, de rendement ? Cette façon de procéder nous fournira très simplement les informations sur la qualité du grain sans engager de coûteuses analyses nutritionnelles. De plus, c’est une façon d’associer le producteur à différentes étapes de l’expérimentation, de bénéficier de ses compétences.

Dans le courant de l’année, nous tenterons de concrétiser les contacts pris pour faire réaliser des tests biologiques alimentaires et parasitologiques avec des laboratoires de l’Inra notamment. Nous avons chargé notre collègue carpologue Jérôme Ros de  mettre en œuvre un référentiel de comparaison anatomique à partir de 2017, avec les céréalesservant à l’expérimentation, avant et après ensilage, afin d’observer les différences selon les modes de stockage et les comparer aux collections archéologiques.

 

Bilan préliminaire et perspectives pour 2017

À cette étape du travail, il n’y a pas encore de résultat concret sur notre capacité à conserver des denrées sur la longue durée tel que cela se pratiquait depuis des millénaires. En suivant le calendrier agricole, nous avons ensilé en septembre la récolte de l’été et prévoyons l’ouverture des silos à l’automne 2017, juste avant l’ensilage de la nouvelle récolte. Ce bilan préliminaire sera donc complété suite à la campagne de septembre prochain. Toutefois, il est possible de tirer les premières informations sur le creusement des silos, la façon de mettre en terre la denrée et de confectionner le bouchage.

  • Le creusement des silos

Nous sommes parvenus à obtenir des silos de typologie similaire en pratiquant de manière différente lors du creusement. Mais, initialement les trois silos devaient avoir la même capacité de stockage (0,30 m3). Malgré nos mesures régulières, nous n’avons pas réussi à atteindre cet objectif, car les silos SI02.16, SI03.16 et SI04.16 ont tous des chambres d’un volume légèrement différent.

D’autre part, nous avons constaté à la fois l’efficacité et les limites de nos outils habituels (pelles, pioches, piochons…) pour ce type de creusement. Nous avons apprécié le secours de certains instruments agricoles tel que des armatures de houe plus ou moins larges, plus ou moins étroites, emmanchées sur des manches très courts. L’utilisation de deux barres à mine a permis d’augmenter l’efficacité du creusement même si la lourdeur de ces instruments s’avère limitatif pour certain(e)s. Des améliorations peuvent toujours être envisagées en recherchant d’autres outils, ou plus simplement en creusant les silos au printemps, lorsque la terre est plus souple. Pour l’instant, il n’est pas nécessaire d’envisager la fabrication d’outils spécifiques par un forgeron même si cette option reste possible en cas de besoin.

Nous nous sommes attachés à enregistrer des données concrètes sur la réalisation du silo en mesurant le temps nécessaire au percement d’une fosse de petite dimension, question récurrente pour tout archéologue ayant un intérêt pour le sujet, ainsi que le temps dédié à l’ensilage à proprement parler (mise en terre de la denrée et fermeture du silo). Aussi, chaque terrassier a pu « apprécier » le degré de pénibilité du travail de creusement dans un conduit étroit comme le goulot des silos et combien il est physique de déplacer des sacs de grains, de confectionner du torchis… Un quotidien du monde paysan « traditionnel » que nous tenons à documenter pour alimenter nos réflexions sur les sociétés anciennes.

  • La mise en terre d’une production agricole

Première expérience pour chaque membre de l’équipe, cette partie a sans doute été la plus simple de la chaine opératoire. Il a fallu organiser une étape non programmée à l’avance, à savoir la manutention et l’étalement au sol du stock de féveroles afin de le débarrasser des bruches de la fève, insectes présents en nombre important puisqu’il s’agit d’une production issue de l’agriculture biologique. La seule vraie question finalement, renvoie à nos méconnaissances sur le sujet : la féverole a-t-elle fait l’objet d’un ensilage traditionnel régulier de la même façon que le blé ? Rappelons que notre choix pour cette denrée a été induit par la faible disponibilité des stocks chez le paysan fournisseur et par notre budget limité[15].

  • Le bouchage et la protection en surface des silos

La réflexion autour du bouchage des silos nous a semblé essentielle dés cette première année. La réussite ou l’échec de la conservation des grains sur une longue durée va sans doute dépendre grandement de ce paramètre, qui, il est vrai ne laisse quasiment jamais de trace dans les fouilles archéologiques. Cette année nous avons testé un système mettant en œuvre à la fois de la paille, du torchis et de la terre tassée. L’état de conservation des féveroles dépendra en partie de la qualité d’étanchéité et d’hermétisme de ces bouchons et en partie de la germination des grains au contact des parois. Nous ne maîtrisons que le premier paramètre qui demandera sans doute des améliorations. Nous avons déjà identifié que l’utilisation de paille hachée plutôt que des tiges entières devrait permettre un meilleur tassement, d’ailleurs cette façon de faire est mentionnée dans la littérature ethnologique. D’autres améliorations sont sans doute à prévoir dans la réalisation du dispositif de fermeture : utilisation du torchis en surface et non plus dans le goulot, ou seulement sur une petite épaisseur à la base du goulot, pose de dalle de pierre sur le goulot avec plusieurs postions possibles (au contact du stock, dans la partie supérieure du goulot ou à la surface).

  • Projet de réalisations en 2017

En prévision pour la campagne d’ensilage de 2017, nous envisageons plusieurs types d’action. Celles énumérées ci-dessous peuvent très bien être modifiées ou annulées, et d’autres axes pourront émerger dans l’année qui vient car plusieurs réunions de préparations seront nécessaires. Les objectifs se déclinent selon deux thèmes : les réalisations qui découlent des travaux de 2016 et de nouvelles mises en œuvre.

– Contrôle d’état du   silo laissé vide et bouché (SI01.16)

Après évacuation du dispositif de fermeture, si le creusement est intact, il sera soit refermé pour une année supplémentaire, soit utilisé pour l’ensilage de l’engrain avec les même critères techniques que les autres silos 2017. Si nous observons des traces d’érosion, elles seront enregistrées puis, soit laissées en l’état et le silo refermé pour une année d’attente supplémentaire, soit , nettoyées ou réparées pour procéder à l’ensilage.

– Le « désensilage» des silos SI02.16, SI03.16, SI04.16

Nous prévoyons d’ouvrir les trois silos successivement afin de procéder à l’enregistrement de l’état de la denrée. Ceci est indispensable car nous avons induits des variables dans la réalisation des bouchons, et nous devons vérifier dans quel cas l’ensilage aura réussi ou échoué, afin de préciser les protocoles de mise en œuvre des silos 2017.

– Analyses et mesures

Nous creuserons quatre nouveaux silos d’un volume légèrement supérieurs à ceux de 2016 à savoir environ 0,65 m3. Trois silos dont deux nouveaux  seront destinés à l’ensilage des 2 m3 d’engrain (petit épeautre) que nous avons déjà commandé. Le silo laissé vide et bouché en 2016 restera en attente(soit vide et bouché) une année supplémentaire pour évaluer l’érosion sur un temps plus long, tandis qu’un autre sera laissé vide et béant pour observer sur la longue durée son comblement par érosion. Un cinquième  silo sera mis en attente mais rempli de sable ou de pierres pour préserver son galbe en vue d’une utilisation ultérieure, sans doute en 2018. Lors de cette deuxième campagne d’ensilage, nous allons poursuivre le travail sur les bouchons engagés cette année sans introduire de nouvelle variable. Donc, tous les nouveaux silos auront certes une capacité légèrement supérieure à ceux de 2016, mais ils seront aussi pourvus d’un lit de paille sur le fond (hachée cette fois-ci), pas d’aménagement des parois, et ce sont sur les bouchons que nous allons continuer de travailler. Bien entendu, nous adapterons le protocole en fonction des observations faites lors de l’ouverture des silos 2016, notamment si ces bouchons se sont avérés instables, infestés de rongeurs, trop pénible à démonter… En théorie donc, nous allons à nouveau réaliser des bouchons en terre et/ou torchis mais surtout nous atteler à la question des dalles de pierres sur un à deux nouveaux silos. Concernant la fermeture à la surface, nous ne sommes pas parvenus à mettre en œuvre cette année des dalles faute d’avoir pu en récupérer. Ceci est dommageable car elles étaient sans doute souvent employées comme en témoigne toutes celles découvertes (brisées) sur les sites archéologiques. Nous pallierons à ce manque l’an prochain avec peut-être une commande spécifique auprès d’un carrier. Cela nous aidera à comprendre son usage au Moyen Âge. Nous les trouvons de manière récurente en contexte archéologique et elles sont toujours circulaires. Leur diamètre ne permet pas de déterminer si elles étaient placées à la base du goulot, à l’interface du dépôt de denrée et du bouchage ou au sommet du bouchage, en couverture ou marquage.

Si nous constatons en 2017 en ouvrant nos silos de féveroles que la conservation a été bonne et que nous sommes en capacité d’ensiler avec succès, nous  débuterons en 2017 la conservation sur la longue durée. Parmi les 3 silos qui recevront lors du grain, il sera prévu d’en conservé un en terre pendant 10 ans, et peut-être un second pour 8 ou 9 ans. Si à l’ouverture du 3e, en 2018, il s’avère que la conservation n’a pas marché, nous reporterons d’un an l’ensilage à long terme. Il convient en effet de ne pas tarder à ensiler pour longtemps afin de ne pas avoir à expérimenter au-delà du délai raisonnable d’une décennie ou une douzaine d’années. Ensiler sur le long terme implique que nous procédions exactement de la même façon pour réaliser les trois silos plein d’engrain (petit épeautre) afin de ne pas compromettre la validité de l’expérience. Si tout fonctionne, nous pourrions recommencer en 2018 pour une durée un peu plus courte. Nous devrons cependant être attentifs à ne pas avoir à récupérer trop de stocks une même année pour ne pas s’exposer à des coûts d’analyse exorbitants.

Cette première campagne s’achève par un bilan somme toute positif au regard des objectifs de départ. L’ouverture des premiers silos en 2017 donnera un premier aperçu sur la pertinence de notre approche et conditionnera fondamentalement la marche à suivre dans les années à venir.

Cécile Dominguez, Eric Yebdri, Novembre 2016

 

[1] INRA : domaine expérimental Alénya – Roussillon. Le Mas Blanc, 66200 Alénya. Contact : Amélie Lefèvre (Directrice d’unité) amelie.lefevre@supagro.inra.fr T. 04-68-37-74-05 ou 06-76-39-05-20 ; Fax. 04-68-37-74-10

[2] C’est le cas sur le site d’Ugnac à Pennautier (11).

[3]Au total, 640 l de terre ont été extraits (foisonnement compris) alors que le volume total de ce silo représente 630 l : 290 l pour la chambre de stockage et 130 l pour le goulot.

[4] Deux échantillons ont été prélevés pour être analysés et décrits par Jérôme Ros (carpologue) afin de comparer l’état de la denrée avant et après l’ensilage.

[5] Actuellement, la féverole est surtout cultivée pour l’alimentation animale et dans certains cas pour produire de l’engrais vert. C’est cependant un aliment goûteux qui peut intégrer des recettes variées et notamment produire de la farine.

[6] 62 seaux blancs de 12 litres = 743 litres pour un poids de 588,9 kg (9,5 kg par seau)

[7] Cette année, nous avons utilisé un pèse-personne qui ne fonctionne bien que sur un support horizontal et stable et surtout trop étroit pour la pesée de seaux un peu plus larges que sa surface. Le pesage avec des seaux a donné parfois des résultats variables sur un même échantillon. Nous n’avions pas anticipé ce problème en 2016 et allons rechercher une balance adaptée pour 2017 : poids maximal 20 kg, finesse à 100 g et fonctionnant à pile car il n’y a pas de raccordement électrique possible.

[8] Il y a une différence entre le comptage global du volume des féveroles et l’addition des seaux versés dans les silos. Nous n’expliquons cette différence que par une erreur de comptage sur le terrain lors du remplissage des silos qui tient peut-être à notre façon de procéder. À l’avenir, deux personnes seront dédiées exclusivement à la préparation des denrées, au pesage et au décompte par silo, tâches qui ont été reparties sur plusieurs personnes parmi d’autres activités.

[9] La paille utilisée a été récupérée chez un agriculteur travaillant en certification AB. Les bottes étaient composées de tiges entières, plus difficiles à tasser que de la paille broyée. Peut-être utiliserons cette dernière l’an prochain.

[10] La terre humide se compose de 50% de terre et 50 % de paille.

[11] 12 à 13 cm d’épaisseur sur 1 m de diamètre pour le silo SI02.16 ; 7 cm d’épaisseur et 0,94 m de diamètre pour le silo SI03.16 ; 5 cm d’épaisseur sur 0,95 m de diamètre pour le silo SI04.16.

[12] Minutes 01 à 04.

[13] Ces capteurs de la marque Kimo, modèle KH-220-O sont ceux utilisés dans les dépôts archéologiques afin de surveiller l’atmosphère des collections.

[14] Silo ouvert abrité dans un hangar et ventilé électriquement.

[15] En production AB, la féverole est pratiquement deux fois moins chère que l’engrain (petit épeautre), denrée que nous aurions souhaité commander initialement.

Objectifs

Objectifs et moyens généraux

Le temps que nous sommes susceptibles de consacrer à cette expérience nous permettra la création de quelques silos par an, leur entretien et leur observation. En corollaire, notre objectif général reste mesuré : ensiler une dizaine ou une douzaine d’années durant, sur un même terrain, deux, trois ou quatre produits différents. Nous envisageons de tester des techniques et des denrées une par une pour s’assurer de pouvoir cibler le paramètre à l’origine des résultats que nous constaterons.  Nous prévoyons aussi de les tester plusieurs fois chacune pour obtenir des données en séries (fussent de petites séries) plutôt que ponctuelles et circonstancielles. Nous prévoyons d’ensiler certains produits une année seulement, d’autres plusieurs années.

Il a été convenu  de tester un seul critère à la fois, chaque année, sur 3 ou 4 silos, lié soit à la réalisation du silo (système de fermeture, aménagement du fond ou des parois), soit au contenu (céréale, légumineuse, mélange des deux).

À terme nous pensons créer 30 à 40 silos et pratiquer pour un ensilage en testant :

  • Différents types de bouchon.
  • Peut-être différentes formes et différentes tailles de silos (selon résultats obtenus avec les premiers silos).
  • Différentes techniques d’isolation des parois (sans isolation, avec de la paille, etc).
  • Différentes espèces de céréales ou de légumineuses, seules ou en assemblage selon ce que l’on sait des pratiques médiévales en région.
  • Différents modes d’enfouissement (grains secs directement mis en terre, grains retirés quelques jours après enfouissement pour séchage, etc).
  • Différentes durées d’ensilage, au maximum une dizaine d’années (selon résultat des analyses biochimiques au bout de 4, 5 et peut-être 6 ou 7 ans).

186 282a

Les observations porteront sur :

  • L’état précis des silos avant et après ensilage, également après une période où le silo est laissé vide et protégé, avec relevés de l’évolution du creusement. Les premiers relevés ont été traditionnels, nous pensons introduire rapidement de la photogrammétrie 3D.
  • Analyse biochimique des produits avant ensilage et après au bout d’une ou plusieurs années : pouvoir germinatif, qualité nutritionnelle, analyses parasitologiques, etc.
  • Mesures régulières du taux d’humidité et de la température à l’intérieur des silos, au centre et contre les parois. (Des mesures de l’évolution du taux d’oxygène et de CO2 seraient utiles mais nous n’avons pas trouvé d’appareil qui puisse être enfoui et le permette ni d’appareil avec une sonde qui prenne la mesure à distance[1]).

238b240-jpg

En outre, une surveillance régulière de l’état du terrain est prévue, avec des visites toutes les 4 à 6 semaines ou après de fortes intempéries pour contrôler l’état des bouchons (fig. A).

 

Objectifs et moyens mis en œuvre pour la première campagne (an 1, 2016/2017)

 Trois objectifs ont été arrêtés pour la première année de l’expérimentation. Vérifier si nous sommes capables d’ensiler, expérimenter plusieurs types de bouchons et mettre en place un système d’enregistrement. Pour cela, 4 silos ont été creusés et 3 ont été remplis de féveroles.

  • Savons-nous ensiler ?

La première étape, en toute modestie, a consisté à vérifier si la technique de l’ensilage en terre, tel que nos expériences archéologiques et les données historiques, agronomiques et ethnographiques compilées dans les ouvrages sur le sujet nous ont amené à le comprendre, étaient valables et permettaient effectivement la conservation de denrées périssables pendant plusieurs mois.

Pour cela nous avons limité à 3 le nombre des silos à remplir et boucher, de manière à ne pas gâcher trop de matière en cas d’échec.

303

 

  • enregistrer l’expérience

Pour rendre compte de l’expérimentation (validité de la démarche et résultats), nous avons créé 3 fichiers.

  • L’un concerne les silos et documente individuellement leur fabrication, leur profil, leurs dimensions, l’usage qui en sera fait d’année en année et leur évolution dans le temps.
  • Un second concerne les denrées ensilées. Pour chaque espèce et par année seront consignés les informations sur l’origine des produits (producteur, année de production, etc), la description du produit par le carpologue et les résultats d’analyse biochimique avant enfouissement dès que nous es entreprendrons.
  • Un troisième fichier concerne l’ensilage. Il compile les informations relatives à chaque stock mis en terre dans un silo : le numéro du silo, le numéro du produit, l’année de mise en terre, la technique de remplissage du silo et de bouchage, le temps passé en terre, l’enregistrement de l’évolution des températures et de l’humidité pendant l’ensilage (si le stock est sous contrôle), l’état du produit lorsqu’il est récupéré, vu par le carpologue, l’agriculteur et les résultats des analyses biochimiques.

Parallèlement l’état du terrain et surtout le temps sont enregistrés pour que les résultats puissent être couplés avec les événements climatologiques

Un suivi photographique a été entrepris dès le début de l’expérience et les structures sont relevées de manière traditionnelle pour l’instant. L’enregistrement fin du rythme et de la forme de dégradation des silos nécessite de mettre rapidement en place un système de relevé photogrammétrique ui devrait être mis en œuvre en 2017.

47133a226a

 

  • Creuser quatre silos d’une faible contenance

Nous avons fait le choix de commencer en creusant des silos de petite taille avec, chacun, une chambre de stockage d’une capacité d’environ 300 litres. Ceci pour plusieurs raisons : d’abord car nous avons acquis cette année un stock de seulement 600 kg de féveroles[2], pour répartir le volume de légumineuses dans plusieurs structures pour pouvoir tester plusieurs bouchons et pour ne pas passer trop de temps au creusement des structures. De plus, nous options ainsi pour une forme à faible encorbellement, moins sujet aux risque d’effondrement.

Le choix de ce gabarit semblait évident en amont afin d’aborder à la fois :

– la (ou les) technique creusement

– de juger de l’adaptation, ou pas, de nos outils actuels à ce type de creusement

– de quantifier le volume de terre extrait

– de mesurer le temps nécessaire à percer un silo

– d’apprécier aussi la pénibilité du travail à chacune de ses étapes

23 29 59c 70 87d

 

  • Utiliser une denrée attestée anciennement par la carpologie

Parmi les paysans sollicités, un seul avait dégagé de sa récolte 2016 un petit surplus de production[3] : près de 1 m3 de féveroles. Cette légumineuse est attestée depuis le Néolithique. Elle fait également partie des corpus enregistrés fréquemment par les carpologues sur les sites médiévaux.

134 

  • Différentes mise en œuvre de bouchon

Pour l’année 1 de l’expérimentation, nous avons choisi d’observer le critère de bouchage par la réalisation de quatre dispositifs distincts. Un silo a été laissé vide mais fermé par une planche de bois et une coche de torchis. Trois silos ont été remplis de féveroles et obstrués par des bouchons construits à base de terre et de paille, dans des proportions différentes, mélangées ou non, et avec plus ou moins d’humidité (paille seule, torchis, terre sèche, terre humide). Ceux-ci seront présentés en détails au § 5.7. La réflexion autour du bouchage des silos nous a semblé intéressante dès cette année car c’est un dispositif sans doute essentiel pour le maintien du milieu anaérobie et pour la réussite du processus de conservation.

212

Pour rappel, le processus de l’ensilage enfouis est de créer une atmosphère confinée et anaérobie assurant la longue conservation d’une denrée périssable. Cette atmosphère est obtenue comme suit : l’humidité résiduelle du terrain encaissant favorise la germination des grains qui sont à son contact. En germant, ceux-ci  consomment l’oxygène présent dans le stock. Lorsque l’oxygène est épuisé, la germination cesse, même si l’humidité perdure ou varie. Les grains qui ont germé pourrissent et se perdent.. Les autres grains entrent en état de dormance jusqu’à ce que le silo soit ouvert au bout d’une ou plusieurs années. La bonne conservation est conditionnée par le maintien du milieu anaérobie tout au long du temps de d’enfouissement, d’où le soin nécessairement apporté au bouchage.

  1. NB. Nous avons opté pour un stockage des grains dans la chambre des silos, non dans les goulots et un bouchon sur toute la hauteur de ces derniers, doublé d’une couverture en surface. Le terrain d’Alénya est en effet habité de campagnols qui creusent leurs galeries sur une petite quarantaine de centimètres de profondeur et que l’on ne souhaite pas voir traverser nos structures, d’autant qu’ils se nourrissent de céréales et de légumineuses. Nos goulots mesurent donc 0,60 m de profondeur et sont bouchés sur toute leur hauteur.

 

  • Contrôle de l’évolution des silos

C’est une originalité de notre projet car à notre connaissance aucune expérimentation n’avait encore tenté de documenter les processus d’altération des aménagements. L’archéologie n’en documente que le stade final, parfois les stades intermédiaires, mais le plus souvent au seul niveau de la chambre de conservation, non au niveau du goulot dont la base et le sommet semble pourtant les parties les plus fragiles de la structure.

Cette année les quatre silos ont été relevés au trait et photographiés minutieusement pour que leur état initial soit bien documenté. Une pluie violente survenue entre deux étapes d’ensilage a ruisselé dans un silo alors achevé mais vide, en dépit de la protection qu’on y avait posée. Ce fut l’occasion d’une première observation de dégradation des parois, assez limitée toutefois.

199a

C’est en 2017 que commenceront nos premières réelles observations : celles de l’état du silo laissé vide mais fermé et celles de l’état du ou des silos remplis que nous viderons. Il s’agira ici de mesurer l’état de conservation de ces silos qui auront alors un an d’existence environ  et d’apprécier s’il peut être réutilisé directement pour stocker des denrées ou s’ils doivent être restaurés.

 

  • Moyens financiers et matériels

Pour l’année 2016, un budget de 6000 euros de subvention a été alloué par la DRAC de Languedoc-Roussillon au PCR « Habitats groupés / villæ ,  dont environ 4900 ont servi à l’expérimentation.

 

  • Moyens humains

Neuf agents de l’Inrap et 1 agent du SRA ont préparé et mis en œuvre l’expérimentation en 2016, selon des temps très variables allant de 3 à 25 jours par personne pour un total de 81 jours. Quelques journées de bénévolat s’y ajoutent, notamment la participation complice de Céline qui nous a offert a plusieurs reprises de délicieux mets réalisés avec des féveroles.

36 36b

Cécile Dominguez, Eric Yebdri,, Novembre 2016

[1] Nous sommes en contact avec un vendeur dont le fabricant est susceptible de concevoir un tel appareil.

[2] Les produits anciens que nous utilisons ne sont pas homologués et de ce fait interdits à la vente et à la consommation alimentaire. L’agriculteur qui nous fournit travaille expressément pour nous, sur commande. Notre budget de la première année a donc été réparti entre l’achat d’un volume réduit de féveroles pour l’ensilage de 2016 et le règlement de la commande d’un volume 2,5 fois plus important de céréale pour l’ensilage de 2017.

[3] Rappelons que ces paysans pratiquent l’agriculture biologique et en cela, ils exploitent de petites superficies justes suffisantes pour atteindre l’équilibre financier. Ainsi, à l’avenir c’est une commande avant la période des semis que nous devrons passer afin de nous permettre d’acheter un stock plus conséquent, spécialement cultivé pour l’expérimentation. Avant les semailles de l’automne 2016, nous avons ainsi commandé un peu plus de 1500 kg de petit épeautre pour la récolte de l’été 2017.

 

Historique du projet d’expérimentation

 

 Avec la découverte régulière d’aires d’enHistorique du projet d’expérimentationsilage du haut Moyen Âge, la thématique de la conservation de denrées périssable en fosse a trouvé tout naturellement sa place au sein du projet collectif de recherche pluriannuel « Habitats groupés du haut Moyen Âge en Languedoc et Roussillon (VIe-XIIe siècles) ». Dès la création de celui-ci en 2014, l’expérimentation est apparue comme une solution possible pour tenter de répondre à certaines questions concernant la technique de l’ensilage et comprendre la diversité des usages pour aider à l’interprétation des sites fouillés. Ainsi un groupe de travail s’est constitué autour de 3 personnes pour œuvrer durant deux ans à la préparation du projet d’ensiler. Celui-ci a débuté en septembre 2016.

Au sein du PCR, l’expérimentation est pilotée par Cécile Dominguez et Éric Yebdri (qui en a eu l’initiative). Il est suivi de près par Jérôme Kotarba qui habite sur la commune où sont implantés les premiers silos et par le carpologue Jérôme Ros qui nous a rejoints en 2016.

Avant que l’expérimentation ne débute, plusieurs réunions de préparation ont été nécessaires. Il a fallu rencontrer des paysans, nos futurs producteurs de grain à ensiler, leur présenter cette technique spécifique (pour eux inconnue) et également apprendre de leurs savoir-faire pour éviter les écueils d’une expérimentation qui serait trop éloignée d’une agriculture traditionnelle. Il a fallu aussi trouver un terrain avec la garantie que nous puissions l’occuper à peu de frais plusieurs années durant. Cela s’est concrétisé avec l’INRA qui nous a proposé deux espaces de quelques ares sur la commune l’Alénya en Roussillon. Nous y avons vérifié la nature géologique du sous-sol et avons opté pour celui qui montrait la meilleure cohésion.

Alénya Inra position3-fig-16-jpg

D’autre part, inspirés par la démarche de François Sigaut (Gast, Sigaut dir. 1979-1985), nous avons également recherché l’appui scientifique et technique d’agronomes et de chimistes. Plusieurs unités de l’INRA travaillant sur les céréales ou l’alimentation ont été approchées mais le partenariat scientifique n’est pas encore établi.

Tout n’ayant pas été prêt au printemps 2016, nous n’avons creusé nos premiers silos qu’à l’issue des moissons, au moment d’ensiler. La préparation du projet se poursuit donc alors que l’expérimentation est commencée…

. Les principes

Le projet prévoit de se rapprocher au mieux de ce que l’on croit être les techniques de l’ensilage médiéval en Languedoc et Roussillon.

Pour cela nous avons fait le choix d’établir notre champ d’expérience dans cette région, en plaine sur un terrain clôturé et surveillé que nous pourrons occuper plusieurs années.

Nous avons creusé les silos sans outil mécanique.25a54

Nous avons choisi d’ensiler des produits issus de l’agriculture biologique d’une part (sans traitement, notamment de conservation !), mais surtout des variétés anciennes autant que possible et d’espèces cultivées au Moyen Âge et attestées sur les sites régionaux. Le choix de ce type de production est indispensable pour ne pas biaiser l’expérimentation avec des graines non attestées archéologiquement et qui, lors du confinement, ne réagiraient pas comme les semences cultivées anciennement. Pour cela nous sommes rapprochés du CETAB, Centre d’Étude et terre d’Accueil des Blés (Lot-et-Garonne) qui est affilié au Réseau Semences Paysannes. Il nous met en relation avec les producteurs de céréales qui pratiquent l’agriculture biologique et la sélection participative de variétés de céréales et de légumineuses qualifiées d’anciennes (non hybridées ni modifiées génétiquement). Cette année, Jacques Baboulène, agriculteur dans le Lot-et-Garonne, nous a fourni les 600 kg de féveroles à ensiler dont nous avions besoin et produira pour nous l’an prochain quelques 1600 kg d’engrain (petit épeautre). Nous souhaitons une étroite collaboration avec les producteurs, les mieux à-mêmes de nous informer sur les différentes qualités de grain.

174 174c

Pour le reste, nous ne nous sommes pas exactement conformés aux temps anciens : nous n’avons pas employé d’enfants (l’embouchure très étroite de certains silos montre pourtant qu’ils contribuaient autrefois largement à leur aménagement), nous n’avons pas copié notre alimentation sur celle du paysan médiéval ni ne nous sommes vêtus de chausses hautes et de tuniques. Nos outils ont été empruntés dans nos dépôts de fouille, mais aussi dans nos arrières cours, ayant opté pour ce qui convenait le mieux à l’usage. Ces choix ont sans doute une incidence sur les rythmes de travail et le temps passé au creusement des fosses.

 

Cécile Dominguez, Eric Yebdri,, novembre 2016

Expérimentation

Expérimenter l’ensilage dans les conditions du Moyen Âge, Pourquoi faire ?

Depuis plusieurs décennies la recherche archéologique dans l’hexagone a permis de mieux appréhender les pratiques agricoles des populations anciennes. Cela est notamment la conséquence du développement de l’archéologie agraire à la fin des années ‘80 qui se donnait pour objectif « d’essayer de retrouver les structures ou les vestiges liés aux pratiques culturales et, de façon plus large, les indices de toutes nature témoignant sur l’anthropisation du milieu » (introduction du manifeste Pour une Archéologie agraire, Guilaine 1991).
136c

Parmi les pratiques agraires il en est une à propos de laquelle les archéologues se posent aujourd’hui encore de nombreuses questions. Il s’agit de la conservation de certains aliments dans des silos souterrains dont la mise en œuvre est destinée à conserver sur le long terme des denrées périssables par le maintien de celles-ci en atmosphère confinée et anaérobie. Cette technique se pratique depuis le Néolithique ancien jusqu’au bas Moyen Âge en Europe et elle est toujours en usage dans certains pays d’Afrique et d’Asie (notamment Clément 1985, Seignobos 2000). La variété des formes des silos à travers les âges et les lieux commence à être très bien documentée. De même, le processus physico-chimique qui entre en œuvre après le bouchage d’un silo rempli et assure la conservation des denrées qu’il contient est dorénavant connu dans ses grandes lignes. Cependant, ramené au détail d’une région ou d’une période, l’ensilage reste encore mal caractérisé. Les médiévistes languedociens qui ont été confrontés ces dernières années à des silos isolés et surtout aux vastes aires d’ensilage à centaines de silos, en dépit du renouvellement des approches de terrain et des études, se sont heurtés aux limites de l’archéologie. Celle-ci ne répond pas à toutes les questions, en particulier sur les sites dont le sol et une partie du sous-sol ont disparu. Nous rappelons l’évidence : les stocks ne sont retrouvés qu’exceptionnellement – ce n’est jamais arrivé sur les sites retenus de ce PCR en dépit des centaines de silos fouillés. Les silos ne sont presque jamais intacts s’étant dégradés et surtout ayant perdu leur partie sommitale sous l’effet des labours, voire du défonçage pratiqué après leur abandon et les indices de datation sont systématiquement manquants pour appréhender la date de l’aménagement de chaque structure et sa durée d’utilisation.
L’expérimentation vise à réduire ces lacunes documentaires. Pratiquer l’ensilage plusieurs années permettra l’observation de l’évolution des structures et des produits ensilés dans des conditions que nous ferons varier une à une pour tenter de cerner les techniques qui fonctionnent bien de celles qui fonctionnent mal, les conditions précises favorables et défavorables à l’ensilage souterrain. La reproduction récurrente de l’expérience est envisagée pour produire des données en série et essayer ainsi de cerner les facteurs d’échec ou de réussite, mais aussi l’évolution des structures et de la qualité des stocks. Bien évidemment, nous n’ensilerons pas des décennies durant et nos séries d’observation resteront de facto limitées. L’expérimentation ne lèvera pas tous les voiles, d’autant que pratiquer l’ensilage de nos jours avec l’objectif de mieux comprendre le Moyen Âge introduit des biais. Néanmoins, nous espérons apporter des réponses ou des éléments de réponse aux questions en suspens les plus handicapantes pour comprendre la gestion des grandes aires d’ensilage médiévale et l’économie céréalière des semailles à la thésaurisation.

Les données les plus attendues concernent la durée de vie d’un silo aménagé dans un sol tendre comme il s’en trouve dans toute la plaine languedocienne orientale et roussillonnaise. Nos observations archéologiques sur les structures médiévales de ces régions donnent l’impression que chaque structure peut durer plusieurs décennies en dépit de la dégradation du goulot sommital que l’on croit lente, peut-être même un siècle ou deux. Nous projetons de relever d’année en année l’évolution des silos que nous avons percés en 2016 et de ceux que nous percerons à l’avenir pour vérifier où sont les parties fragiles de chaque type de profil et à quel rythme elles se sapent selon que le silo est vide et bouché ou rempli et obstrué. Ne prévoyant pas d’ensiler 100 ans durant, nous seront attentifs aux plus petits détails de cette évolution pour pouvoir, à l’issue d’une dizaine d’années, projeter leurs résultats sur plusieurs décennies ou siècles. Obtenir un ordre d’idée sur la durée de vie d’un silo, qui ne varie pas de 50 à 200 ans comme actuellement, précisera le calcul du nombre de silos actifs par demi-siècle ou par siècle sur les sites d’ensilage pluriséculaires. Dès lors, nous pourrons confronter l’estimation de la capacité de stockage des établissements ruraux (fermes ou village) à l’étendue de leur finage, à l’estimation de leur terroir céréalier, aux besoins de sa population si sont nombre peut-être évalué.
Autre questionnement d’importance, combien de temps peut-on garder les denrées en terre ? Nous ne prévoyons pas de faire du stockage à court terme de légumes racine, bien que cela soit vraisemblablement pratiqué sur nos certains de nos sites dans des silos de petit volume faiblement enterrés. Nous ne prévoyons d’ensiler que des céréales et des légumineuses, c’est-à-dire des produits secs ou presque secs. Les textes d’archive du bas Moyen Âge du Roussillon mentionnent des interdictions d’ensiler plus de 7 ans. C’est donc que cela se pratiquait. Mais quel était l’état des grains au bout de tant d’années ? L’analyse de sorgho demeuré 5 ans dans un silo au Yemen dans les années ’70 a montré la bonne conservation des vitamines, des protides et des lipides du produit (Adrian et al. 1979). Mais qu’en est-il en Europe méditerranéenne où le climat n’est pas si sec ? Nous prévoyons de faire analyser des échantillons de nos grains avant ensilage et après une et plusieurs années de stockage pour vérifier l’évolution de la valeur nutritionnelle des différentes espèces et de la capacité germinative. S’il s’avère que les denrées restent comestibles (pour l’instant, nous ne sommes même pas sûrs de savoir ensiler), nos pourrons aussi observer l’évolution du goût. En effet, l’objectif de l’ensilage médiéval n’est peut-être pas uniquement à des fins de conservation mais peut-être aussi de transformation. Nous espérons ainsi obtenir des données supplémentaires pour les études de l’alimentation, mais aussi des éléments pour discuter de la finalité du stockage à long terme, en excluant quelques unes de nos pistes par exemple, faute de pouvoir en certifier aucune (stockage voué à fournir la semence ou l’alimentation des années suivant les mauvaises récoltes, à vocation commerciale ou spéculative, stocks fiscaux, voire autre chose encore à quoi nous n’avons pas pensé).
Nous ignorons bien sûr quels produits exactement étaient ensilés et quels produits ne l’étaient pas. De même que nous ne savons pas à quel stade de la transformation ces produits étaient mis en terre, notamment selon leur destination. Cela cependant ne peut-être documenté que par l’archéologie, avec la découverte de parties de stocks gâtés, rejetés dans les silos et conservés à la faveur d’événements exceptionnel (carbonisation par exemple). Notre expérimentation apportera peut-être quelques indices sur les facteurs à éviter ou ceux très favorables (le mélange de céréales de petite taille dans un stocke de légumineuses par exemple pour limiter la quantité d’oxygène), mais pas d’information directe sur les usages médiévaux. Il en va de même pour les techniques de l’ensilage. Peut-on envisager plusieurs variantes fonctionnelles pour boucher un silo ? Y a-t-il une forme et un volume de silo idéal pour la bonne conservation des produits ? Quel intérêt exact avait le tapissage des parois avec de la paille (attesté archéologiquement et encore pratiqué à Madagascar), etc. ?

C. Dominguez, O. Maufras, E. Yebdri
Décembre 2016

Bibliographie

Adrian et al 1979 : ADRIAN (J.), DRAPRON (R.), GAST (M). — Caractéristiques biochimiques d’un grain de sorgho conservé pendant 5 ans dans u silo souterrain, au Yemen. In : GAST (M.) dir., SIGAUT (F.) dir. — Les techniques de conservation des grains à long terme : leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés, t.1. Paris : éditions du CNRS, 1979. p. 41-47.

Clément 1991 : CLÉMENT (S.) dir. — Introduction à l’étude des greniers en Asie du Sud-Est. Journal de l’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 32e année. Paris. 1985, p. 3-42.

Gast, Sigaut dir. 1979-1985 : GAST (M.) dir., SIGAUT (F.) dir. — Les techniques de conservation des grains à long terme : leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés, t.1-3. Paris : éditions du CNRS, 1979-1985. 4 vol. t.1 : 232 p., t.2 : 238 p., t.3 fasc.1 : 344 p. – XXXI, t.3 fasc.2 : 347 à 606 p. – XXXI : ill.

Guilaine 1991 : GUILAINE (J.) dir. — Pour une Archéologie agraire. Paris : Armand Colin, 1991. 576 p.

Seignobos 2000 : SEIGNOBOS (C.). — Stratégies de conservation du grain. In : SEIGNOBOS (C.), IYÉBI-MANDJEK (O.). — Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun. Paris : Éditions de l’IRD, 2000, p. 107-110.

L’ensilage médiéval dans le sud de la France et la Catalogne : Bilans et perspectives

Résumés de quatre des cinq communications du
séminaire TERRAE
tenu à Toulouse, bibliothèque d’Etudes Méridionales
le 21 novembre 2014

Affiche

1.
Introduction à l’ensilage médiéval dans le sud de la France et la Catalogne,
bilans et perspectives

Carole Puig/Acter et Odile Maufras/Inrap

L’ensilage médiéval attise l’intérêt des chercheurs depuis de nombreuses années, et la découverte de vastes aires d’ensilages comptabilisant plusieurs centaines, voire milliers de silos, ouvre des perspectives nouvelles. Toutefois, bien que la documentation archéologique se multiplie, la nature, la fonction et le statut de ces sites nous échappent encore. Ce séminaire s’inscrit dans une réflexion déjà initiée en 2010 sous la direction de Rémi Carme/Hadès, Yann Henry/Hadès et Laurent Schneider/CNRS : L’ensilage groupé au Moyen Age : acquis, méthodes, perspectives.

Historiographie
L’ensilage en tant que sujet d’étude a connu un premier élan dans les années 1980 : une première publication de Michel Fixot sur les silos provençaux dresse déjà les premières pistes de réflexion alors qu’au même moment, le colloque sur la conservation des grains à long terme (Sigaut) dévoile la complexité technique de ces structures et leur importance économique. Dans cet ouvrage, l’article d’Henri Bresc sur la Sicile montre l’intérêt des sources écrites pour une meilleure appréhension de ces structures.
Au cours de cette même décennie, les publications des aires d’ensilage de Lunel (Hérault) puis de Dassargues (Raynaud) ouvrent les pistes de réflexion que l’on emprunte encore. Pourtant, la partialité de la documentation est ici mise en évidence pour la première fois, aboutissant à la limite de la réflexion archéologique : malgré l’abondance des données, des informations essentielles nous manquent pour comprendre le site dans sa globalité.
En 1999, Jean-Paul Cazes, dans la lignée de l’école bonnassienne, mettait en relation la réapparition de l’ensilage en Lauragais au cours du Xe s. et l’histoire économique et sociale. La réutilisation de l’ensilage est une nouveauté technique qui correspond à un changement profond dans la société du lauragais du Xe siècle (Cazes).

Le phénomène languedocien des quartiers spécialisés dans l’ensilage, à centaines ou à milliers de silos, a été découvert dans les années 1990 à la faveur des grands décapages de l’archéologie préventive. Les premiers sites mis au jour ont fait l’objet de dégagements réduits ou de fouilles échantillonnées de manière drastique. En 2001, C. Pellecuer/SRA a réuni des médiévistes pour discuter de l’intérêt de fouiller ce type de vestiges et des méthodes à appliquer pour les exploiter tandis qu’en 2006 L. Schneider/CNRS publiait une brève synthèse soulignant l’originalité languedocienne et le caractère collectif de ces quartiers de stockage. Depuis, la pratique favorise le décapage extensif et la fouille de toutes les structures avec collecte systématique de mobiliers et réalisation régulière de prélèvements. Cette approche, pratiquée sur 4 aires d’ensilage entre 2012 et 2014 a renouvelé les connaissances sur leur organisation et la gestion des récoltes. Les travaux d’analyse des données de terrain sont en cours au sein d’un PCR qui s’intéresse, outre à l’ensilage, à l’habitat et au terroir qui l’accueillent (Maufras/Inrap, dir.).
En Midi-Pyrénées les fouilles de l’Ourmède et R. Carmes/Hadès et Y Henry/Hadès montrent que le phénomène concerne plus largement le Midi de la France.

Problématique
L’ensilage médiéval est une problématique compliquée car le silo est presque toujours perçu dans sa phase d’abandon, le plus souvent très arasé. Ce qui conduit à une difficulté évidente de compréhension de la structure (gestion, chronologie, fonction) et, par conséquent, de l’aire d’ensilage (statut, organisation, chronologie). Malgré la masse d’informations accumulée, certains points restent opaques et seule la confrontation des données et des réflexions peut faire avancer la compréhension. Ce séminaire a donc pour objectif de rassembler la communauté des médiévistes pour présenter les découvertes récentes, multiplier les approches et ouvrir plus largement la réflexion sur ce thème.

2. Ensiler en plaine languedocienne au Moyen Âge : les grandes aires de stockage villageoises, Ve-XIIIe s.
Q. Guérin/Inrap, O. Maufras/Inrap, M. Rochette/Inrap, L. Tarrou/Inrap, E. Yebdri/Inrap.

Les vastes aires de stockage connues en Languedoc oriental – une quinzaine – se trouvent toujours, lorsque l’habitat est localisable, aux abords de celui-ci et d’un carrefour routier. Sur les sites fouillés où l’habitat est conservé, Missignac sur la commune d’Aimargues dans le Gard en particulier, on perçoit deux temps dans la formation de l’habitat et de l’aire. Entre la fin du Ve s. et les IXe-Xe s., les unités d’habitation et d’exploitation sont agglomérées en un point du terroir de manière lâche. L’ensilage se pratique alors au sein de l’unité, dans une dizaine à une quinzaine de structures. Lorsqu’à partir du IXe ou du Xe s. le regroupement des habitations se resserre autour de l’église, sur l’espace également concurrencé par le développement du cimetière, chacune ne dispose plus de la place nécessaire pour l’implantation des silos et ceux-ci sont rejetés à l’extérieur de l’habitat, contre celui-ci, sur un espace qui devient spécialisé. La position de l’aire d’ensilage et surtout la quantité des silos qu’elle accueille la signalent comme un aménagement collectif, même si les structures qu’elle abrite peuvent être, tout ou partie, la propriété ou l’usage de particuliers.
Les aires varient d’un village à l’autre, notamment par leur étendue et la densité de leurs structures. Les superficies restituables varient de 3 500 m2 pour la plus petite (Saint-Pastour à Vergèze dans le Gard) à 35 500 m2 (Missignac). Celle de la villa d’Aureilhan (Béziers, Hérault) dépasse certainement les 10 ha. La densité est en revanche inversement proportionnelle à la surface : sur l’aire la plus petite les silos sont creusés au nombre de 19 à l’are tandis qu’à Missignac ils ne sont que 9 en moyenne sur la même surface. Enfin, la capacité de stockage de chaque aire dépend de la contenance de chaque silo qui varie d’un site à l’autre. Elle n’a pas encore été calculée.
L’aire connait des divisions internes. Elle est répartie en parcelles et sur certains sites les parcelles sont elles-mêmes subdivisées en groupes de silos. On observe à Missignac que ces derniers ne sont pas homogènes et leurs différences suggèrent qu’ils répondent à des besoins distincts : chaque groupe est peut-être la propriété ou l’usage d’une famille qui gère sa récolte en toute indépendance. Peut-être chaque groupe est-il voué au contraire à un usage particulier : ici l’engrangement d’une année X, là d’une année Y ou bien ici le stock d’une produit, là d’un autre. Sur certains sites ou sur une parcelle particulière d’un site on observe des densités spécifiques et des effets de contraintes spatiales qui suggèrent l’existence d’une interdiction de déborder d’un cadre. Ces parcelles règlementées sont peut-être celles du stockage collectif ou du stockage fiscal.
Sur la parcelle, la gestion des récoltes semble très structurée : les silos sont signalés, sans doute de manière différente selon qu’ils sont vides ou pleins ou selon ce qu’ils renferment. Ils sont aussi comblés différemment selon qu’ils sont abandonnés ou en attente d’un prochain stock. Ils sont entretenus et réparés par des cloisonnements ou de l’enduit quand la consolidation des parois est nécessaire. La plupart des silos est en aire ouverte mais à Codols (Nîmes, Gard) certains semblent être sous abri ou dans un bâtiment.
Nombreuses questions restent ouvertes auxquelles l’archéologie tentera de répondre à l’avenir en dépit de ses limites propres. Ainsi les datations sont imprécises et l’on ignore si les vastes aires d’ensilage mises au jour ont fonctionné telles quelles à un moment donné ou si leur ampleur résulte du cumul d’aménagements successifs renouvelés avec un déplacement progressif. Nous ne savons pas non plus si chaque village avait son aire ou si certains villages ont accueilli des récoltes exogènes ; En revanche, sur plusieurs sites, la surface et la disposition du terroir sont connues, le cheptel est documenté par les études de faune et sur un site la démographie est renseignée, permettant de confronter les volumes de stockage au potentiel agraire du terroir, à la durée d’occupation du village et aux nombre de bras disponibles.

3. L’ensilage médiéval roussillonnais, analyse conjointe des sources écrites et archéologiques (VIIe – XIVe s.)
Carole Puig/Acter

L’objectif de cette étude est de croiser les sources d’information sur un petit territoire, le Roussillon, suffisamment documenté aujourd’hui pour tenter l’expérience, notamment avec la découverte d’une vaste aire d’ensilage sur le site de Taxo-les Gavarettes (commune d’Argelès-sur-Mer). Il s’agit d’enrichir notre perception de l’ensilage médiéval archéologique avec l’apport des sources écrites. Celles-ci se composent de sources archivistiques, dans lesquelles l’ensilage est peu évoqué, mais aussi de données tirées d’écrits agronomiques. La chronologie abordée couvre un large Moyen Age, débordant aussi parfois sur l’époque moderne. Ces données se distinguent de l’archéologie car elles donnent une dimension sociale et économique à l’ensilage, domaines qui échappent totalement à l’archéologie du silo. Toutefois l’ensilage est rarement évoqué dans les sources écrites (communication R. Viader, 2010). En effet, c’est une structure sur laquelle ne pèse pas de droit, elle ne nécessite donc pas de codification écrite. En Roussillon, il n’apparaît pas dans les textes avant le XIIe siècle, puis les mentions se multiplient de manière très ponctuelle à mesure que l’on avance dans le temps, mais elles restent occasionnelles. Comme en Languedoc, les données les plus intéressantes surgissent à la fin du Moyen Age et dans le courant de l’époque moderne (Bourin à paraître). Le médiéviste est ainsi dans une situation paradoxale où le silo inonde la documentation archéologique, alors qu’il est presque transparent dans les sources écrites contemporaines. Approcher le silo à partir des sources écrites nous contraint donc à un anachronisme dont il faut avoir conscience. Dans un second temps, les ouvrages agronomiques apportent eux aussi un éclairage relatif. En effet, si les auteurs médiévaux occidentaux n’y font pas référence, les andalous (XIIe – XIVe) abordent le sujet avec plus de détails. L’étude de Lucie Bolens à ce propos est riche en enseignements. Elle insiste toutefois sur la nécessaire précaution à apporter à ces écrits, qui sont avant tout des sommes littéraires dans lesquelles il faut distinguer la part du témoignage et de la citation littéraire. Il en est de même pour les auteurs modernes. Le croisement des données nous permet d’aborder l’ensilage sur trois niveaux :

3.1. Le silo
Le silo se trouve à la plus petite échelle de réflexion, toutefois la connaissance des techniques d’ensilage est-elle épuisée malgré les nombreuses études sur cette question (Sigaut, Garcia …). Les typologies établies par les archéologues montrent que la forme et la taille du silo sont variables, renvoient-elles à une chronologie ? à une fonction (stockage de réserves, de semences de fourrage ?) ou encore à un statut (stockage paysan, seigneurial ?). Les aménagements, l’entretien de la structure, la durée du stockage ou la durée d’utilisation du silo restent des questions peu éclairées par l’archéologie, et parfois évoquées par les sources écrites.

3.2. Le contenu
La compréhension du silo réside aussi dans la fonction et statut du stock qu’il contient. Il s’agit soit :
– de réserve, à deux échelles de temps : pour les périodes de soudures (sur une année culturale), pour les périodes de disettes (sur plusieurs années),
– de semences, en Roussillon celle-ci semble distinguer dès le stockage de la réserve,
– de stockage commercial (surplus d’une production locale destiné à être exporté ? blé importé pour être redistribué à une échelle locale ? d’un site de transit ?)
Il en est de même pour le statut du grain : s’agit-il d’une réserve seigneuriale ou paysanne ? En reprenant la chaîne opératoire du blé depuis la moisson jusqu’à la mouture, il apparaît très nettement que le stockage familial est dissocié du stockage seigneurial.

3.3. L’aire d’ensilage
Ces vastes aires d’ensilages doivent être comprise à plusieurs niveaux :
– L’organisation intérieure qui répond à des contraintes chronologique et spatio-temporelles et qui nécessite de fait une parcellarisation, des regroupements de silos et des voies d’accès.
– Les silos se répartissent en aire de taille variable qu’il est nécessaire de distinguer. Trois types se distinguent, en fonction surtout du nombre de silos :
Des sites dont les silos se comptent en dizaines. La proximité d’un habitat favoriserait l’interprétation de sites à usage domestique, familial.
Dans un second temps, les aires d’ensilage d’une large centaine de structures, parfois liées à un habitat. Ces sites ont une coloration un peu plus tournée vers la production agricole, peut-être à l’échelle villageoise.
Enfin, les vastes aires d’ensilage du type de Taxo-Les Gavarettes de plusieurs centaines voire milliers de silos se distinguent nettement.
Il faudrait donc s’interroger pour voir si dans le maillage de très grandes aires d’ensilage, s’insère des sites « intercalaires » qui ne répondent visiblement pas aux mêmes besoins ou nécessités. De plus, dans le cas de Taxo, lorsqu’on le replace dans le contexte économique et politique des VIIIe – XIe siècle, on s’aperçoit que le site se trouve à quelques km au sud de l’évêché d’Elne, à l’ouest du port de Collioure et au nord de l’agglomération secondaire d’Ultréra. Dans le reste de la plaine roussillonnaise, Ruscino est le seul site d’importance qui connaît dans le courant du IXe siècle un important déclin. Il est difficile de ne pas considérer l’aire d’ensilage de Taxo au centre de ce canevas politique et économique qui permettrait peut-être d’expliquer la richesse et la particularité de ce site. Ainsi, le croisement de sources écrites et de l’archéologie permet d’enrichir le dossier, d’apporter quelques éléments de réponse, mais la confrontation de ces observations avec les découvertes languedocienne permettra sans aucun doute de repousser les limites de notre connaissance sur ce point.

4. Apports de l’archéobotanique à la restitution des pratiques de stockage en France médiévale méditerranéenne
Ros Jérôme (Postdoctorant, UMR7209 (CNRS/MNHN)

La découverte en France médiévale méditerranéenne d’aires d’ensilage de grande ampleur a conduit les archéologues à repenser leur mode de fonctionnement et leur rôle dans les sociétés passées. Si la forme de ces silos, leur densité ou le type de comblement enregistré restent des éléments essentiels à leur interprétation, on remarque que deux questions, pourtant majeures, restaient souvent peu abordables par une approche de terrain classique, à savoir : que stockait-on dans ces silos et de quelle(s) façon(s) ? La mise en place d’un protocole d’échantillonnage des carporestes dans plusieurs sites nous a offert l’opportunité de discuter de ces questions.
Dans un premier temps, cette communication a mis en exergue trois exemples de résidus d’ensilage primaire, provenant des sites de Lunel-Viel (Ruas 1990), de Chadalais (Ruas 2011) et du Château royal de Collioure (Ros 2013). L’étude de ces différents assemblages a mis en lumière certaines caractéristiques propres aux résidus d’ensilage primaire : forte densité des restes, bon état de conservation, faible fragmentation, maintien des connexions anatomiques, absence d’éléments détritiques (i.e. céramique, verre), etc. Les assemblages étudiés révèlent des pratiques de stockages diverses : stockage mixte de légumineuses (féverole/pois chiche), de céréales (orge vêtue/blé nu) et même de fourrage à la composition hétérogène (graminées, céréales, semences de plantes sauvages). Il s’agit cependant de cas rares, et le plus souvent isolés. Pour cette raison, nous avons présenté dans un deuxième temps différents assemblages provenant de comblements secondaires de silos, qui, s’ils n’apportent pas d’information sur l’ensilage proprement dit, fournissent une palette d’informations indispensable à la connaissance des sites. Nous avons ainsi présenté les cas de Dassargues (Ros 2009), Les Baguères (Ros 2013) et Les Gavarettes (Ros 2013). Pour ces trois sites, l’étude des comblements secondaires a permis d’aborder différentes questions : rejets de stockage aérien en silo, gammes de plantes consommées, activités domestiques, artisanat, terroirs exploités, etc.
Si les informations obtenues sont prometteuses pour l’interprétation de ces structures, des sites et pour la restitution des terroirs, on remarque toutefois l’absence d’échantillonnage systématique qui empêche aujourd’hui toute forme de synthèse à plus grande échelle.